Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Cycle de formation > Cycles 2007-2016 > Cycle 2016 > Mission d’étude / 4-8 avril


Mission d’étude / 4-8 avril

Pays-Bas


Rotterdam, Amsterdam...

Pays-Bas_Mission d’étude_2016_Rapport d’intoduction
Pays-Bas_Mission d’étude_2016_Rapport final

Rotterdam – Amsterdam


Coordination scientifique : Antoine Frémont  

Les Pays-Bas : comment les contraintes territoriales fondent un consensus démocratique ? L’esprit « polder » est né des contraintes territoriales d’un Pays qui s’est bâti avec et contre la mer et les eaux. Cette expérience séculaire fonde un caractère spécifique à la démocratie néerlandaise, celui d’un fort consensus et d’une grande confiance dans les autorités et le savoir technique. Ce qui permet aussi aux Pays-Bas d’être aujourd’hui leader dans nombre de techniques liées à l’adaptation au changement climatique. Mais cette forte cohésion fait aujourd’hui face à de nouveaux défis. Celui de la montée des eaux et de la nécessité de remettre en permanence les ouvrages d’aménagement sur le métier du territoire ; et celui, peut-être, d’un consensus social et d’une confiance moins solide que naguère. Qu’est devenu l’esprit polder et comment peut-il évoluer ?


Lundi 4 avril


Musée de la marine - Leuvehaven 1, Rotterdam

Hein Klemann
L’aménagement aux Pays-Bas : une perspective historique
Aux Pays-Bas, l’aménagement du territoire constitue un héritage historique. Cette relation s’est progressivement établie autour de problématiques liées à la gestion de l’eau, des canaux artificiels à la mer du Nord en passant par l’imposant delta du Rhin. De l’appréhension de ces risques à leur appropriation, Hein Klemann reviendra sur le lien particulier entre les Néerlandais et leur territoire, depuis le 17e siècle jusqu’à nos jours.


Ministère de l’infrastructure et de l’environnement
De la centralisation à la participation citoyenne ?

Si la France et les Pays-Bas partagent une tradition planificatrice qui se définit au niveau du pouvoir étatique central, les deux systèmes se distinguent par la formulation récente d’une plus grande décentralisation. Les Néerlandais ont à ce titre développé un système bien plus horizontal que le nôtre. Acteur essentiel de cette organisation, le ministère de l’Infrastructure et de l’environnement expliquera sa position sur le sujet et présentera les dernières initiatives qu’il a mises en place pour un aménagement du territoire plus démocratique.


Joost Schrijnen
Évoluer avec les contraintes naturelles

À la suite des inondations provoquées par la mer du Nord en 1953, la défense contre l’eau est devenue l’une des priorités de l’aménagement néerlandais. En combinant volonté politique, économique et innovation technologique, les Pays-Bas ont établi en un demi-siècle le plus imposant réseau de barrages aux mondes, le Plan Delta. Joost Schrijnen présentera lors d’une visite en bus les infrastructures les plus récentes de ce dispositif qui témoigne autant d’un besoin de protection contre la mer que d’une volonté d’adaptation à long terme.


Mardi 5 avril


Isabelle Vries
Présentation du port de Rotterdam

Le mardi matin sera consacré à la découverte des installations qui composent le port de Rotterdam. La visite de sa dernière extension, la mégastructure Maasvlakte 2, permettra de traverser l’ensemble du port. La mer est une menace mais elle n’en reste pas moins une opportunité dont les Néerlandais ont tiré des ressources financières considérables, au Siècle d’or néerlandais d’abord, jusqu’au port de Rotterdam aujourd’hui.


Rotterdam Port Authority
Visite du port jusqu’à la dernière extension Maasvlakte 2

|Antoine Frémont  


Centre Futureland - Europaweg 902, 3199 LC Maasvlakte
Visite guidée en bateau de Maasvlakte 2


Dirk Koppenol, Isabelle Vries, Martin Aarts, Rene van der Plas, Ellen Verkoelen
Maasvlakte 2 : quel processus décisionnel et quelles perspectives pour le port de Rotterdam ?


La rencontre des intérêts qui sont entrés en jeu dans la construction de Maasvlakte 2 retrace la variété des problématiques auxquelles l’extension du port de Rotterdam a pu être confrontée. Afin d’évoquer la complexité de ce processus, mais aussi dans le but d’interroger les acteurs locaux sur les enjeux futurs du port, Isabelle Vries, Rene van der Plas, Martin Aarts et Ellen Verkoelen échangeront lors d’une table ronde présentée et modérée par Dirk Koppenol.


Mercredi 6 avril


Laurent Alberti
La prise de décision aux Pays-Bas : approche comparative

Tous deux membres fondateurs de l’Union européenne, la France et les Pays-Bas entretiennent des relations étroites, tant sur les plans politiques qu’économiques, culturels et scientifiques. C’est à l’Institut français d’Amsterdam, lieu symbolique de la collaboration franco-néerlandaise, que Laurent Alberti caractérisera en détails la nature des liens entre les deux pays mais aussi les éléments qui distinguent leurs modes de gouvernance respectifs.


Mathis Güller
10h30-11h30
L’aménagement de l’aéroport Schiphol

Quatrième aéroport européen pour le trafic de passagers et troisième pour le trafic de fret, régulièrement classé parmi les dix meilleurs aéroports mondiaux, Amsterdam-Schiphol constitue avec le port de Rotterdam un hub européen majeur. Bien qu’il ait longtemps bénéficié d’une image positive dans le pays, l’aéroport est aujourd’hui largement critiqué pour son incapacité à concilier croissance économique et durabilité écologique, remettant en cause son mode de gouvernance. Mathis Güller analysera ce sujet crucial pour la compétitivité néerlandaise.


Evelyne Baillergeau
La participation citoyenne au sein des quartiers défavorisés

Aux Pays-Bas, le développement du logement social n’a pas été le résultat de la seule action du secteur public, mais aussi le fruit d’une mobilisation populaire née dans les années 1960- 1970. Dans la continuité de ce mouvement, l’État a depuis cherché à intégrer les habitants dans le processus de décision, plus particulièrement dans les quartiers défavorisés. Evelyne Baillergeau présentera ses recherches sur les modes de participation qui ont découlé de ce processus.


Jeudi 7 avril


Zef Hemel
Amsterdam, moteur d’un aménagement innovant ?

Si son poids démographique ne lui permet pas de rivaliser avec les grandes métropoles mondiales, Amsterdam se différencie par une politique d’aménagement innovante et durable. Elle est donc logiquement à l’avant-garde du mouvement des villes intelligentes, qui prône l’intégration des nouvelles technologies de communication à la planification urbaine. Dans le même esprit, la méthode “open planning” propose aux citoyens de participer activement à la conception de leur ville. Zef Hemel développera ces nouveaux moyens démocratiques d’aménagement du territoire à travers ses dernières réalisations pour la ville d’Amsterdam.


Patrick van Beveren
Concertation et mixité sociale : l’exemple du quartier de Biljmermeer

Autrefois considérée comme la “pire ville des Pays-Bas”, Biljmermeer a connu au cours des quinze dernières années une transformation étonnante qui s’est appuyée sur la capacité d’action de sa population ethniquement diverse. Patrick van Beveren développera lors de sa conférence le processus qui a permis cette revitalisation et les mécanismes qui ont encouragé les habitants à y participer.


Visite/Atelier 1
Jeroen Jonkers
Découverte du projet Jan Eef

Cette initiative bottom-up lancée par quatre parents d’élèves du quartier a été organisée suite au braquage d’une bijouterie de la rue commerçante Jan Everstsen en 2010. Tout au long des années 2000, la rue a vu sa réputation se détériorer et ses boutiques se vider à la suite de plusieurs incidents. En étroite collaboration avec la mairie d’Amsterdam, l’association a su redynamiser la rue et lui donner une meilleure visibilité dans la ville. Les transformations opérées ont eu un impact plus global sur la vie de quartier et ont rétabli son attractivité pour de nouveaux habitants. Actuellement, le projet Jan Eef lance un programme INTERREG.

Visite/Atelier 2
Saskia Beer
Découverte du projet ZO !City

Ce projet impulsé par un groupement de citoyens a pour objectif de transformer et revitaliser le quartier de Amstel 3 au sud-est du centre d’Amsterdam. En quelques années, ce quartier était en effet devenu un centre d’affaires rassemblant uniquement des bureaux, se vidant au fil des migrations pendulaires. L’objectif de cette initiative est de créer, en rassemblant des “project developers”, des institutions locales, des résidents et des employés, un “monofunctional working district“. Ensemble, ils agissent sur un pied d’égalité pour co-créer, discuter et exécuter la progressive transformation du quartier en un espace fonctionnellement diversifié.

Visite/Atelier 3
Nels van Melsen
Découverte du quartier d’Ijburg

Quatre îles artificielles ont été créées et ont permis à la ville d’Amsterdam de conquérir du terrain sur la mer. Visant la haute densité, cette ville-archipel comprend 18 000 logements pour 45 000 habitants et une grande diversité d’aménagement. Si, à en croire les habitants, une communauté dynamique s’est créée à Ijburg permettant l’émergence de nouveaux projets, les controverses autour de l’extension de l’archipel sont toujours d’actualité. En effet, malgré l’enthousiasme des aménageurs et des architectes, les associations environnementales n’ont pas tardé à dénoncer les effets négatifs de ces travaux colossaux, comme l’appauvrissement de la vie aquatique.


Vendredi 8 avril


Royal Flora Holland
Visite guidée du marché aux fleurs d’Aalsmeer (en anglais)

Pays mondialement réputé pour le commerce de la fleur, les Pays-Bas ont réuni autour de la région d’Amsterdam les principaux lieux d’échanges et de stockage des marchandises horticoles. Le marché d’Aalsmeer, qui héberge également la plus importante bourse internationale de fleurs, sera l’occasion d’observer au plus près une partie de l’organisation économique du secteur agricole néerlandais, et constituera une introduction pratique au rôle et à l’influence de l’agriculture dans l’aménagement des Pays-Bas.


Kaj Locher
L’influence des questions agricoles sur l’aménagement aux Pays-Bas

Dans la continuité de la visite du marché aux fleurs d’Aaslmeer, la deuxième partie de la matinée sera consacrée au rôle du secteur agricole dans l’aménagement néerlandais. Deuxième puissance exportatrice agricole mondiale, les Pays-Bas ont transformé leur territoire en un paysage agricole industriel unique qui marque durablement l’environnement. Kaj Locher développera l’ensemble des questions que soulève le sujet, de la formulation des politiques d’aménagement agricole à leurs conséquences sur le territoire néerlandais.


Mise en commun des travaux

Après les activités proposées le jeudi après-midi, un temps d’échange sera organisé afin que chaque groupe puisse partager les enseignements qu’il aura tiré de sa visite. L’occasion de revenir sur les différents modes de participation démocratique à l’aménagement local et de s’interroger sur leur pertinence et leur efficacité.


Willem Salet
Séance conclusive

Pour clore cette mission d’études, la dernière conférence permettra de discuter de toutes les observations faites durant cette semaine. Pas de thème imposé, mais un débat ouvert au cours duquel le chercheur Willem Salet exposera son point de vue, dans le but de porter un nouveau regard sur les problématiques qu’auront soulevées l’expérience des différentes activités et conférences du programme.


Les intervenants


Hein Klemann est aujourd’hui doyen de la faculté d’Histoire, culture et communication à l’université Erasme située à Rotterdam. Professeur d’histoire économique et sociale de formation, il est aussi membre du prestigieux conseil de l’Institut de recherche N.W. Posthumus, spécialisé dans l’histoire économique et sociale en Flandres et aux Pays Bas. Depuis 2007, il co-préside également le “Transnational Rhine Network”, un partenariat de recherche académique avec l’université Goethe de Francfort, centré sur l’histoire de la zone économique du Rhin. Ses recherches portent actuellement sur l’interdépendance économique entre l’Allemagne et les Pays Bas au cours des XIXe et XXe siècles.

Créé lors de l’arrivée au pouvoir de l’actuel Premier ministre Mark Rutte en 2010, le ministère de l’Infrastructure et de l’aménagement (ministerie van Infrastructuur en Milieu) est né de la fusion du ministère des Transports, des travaux Publics et de la gestion de l’eau avec le ministère du Logement, de l’tménagement du territoire et de l’environnement. Véritable superstructure gouvernementale de l’aménagement des Pays-Bas avec un budget de 10 milliards d’euros en 2013 (5e budget gouvernemental, devant le ministère de la Justice), il assure une mission transversale de formulation des politiques étatiques, la mise en œuvre de celles-ci et l’inspection des structures existantes. La compétence de gestion du logement est toutefois partagée avec le ministère de l’Intérieur. Le ministère de l’Infrastructure et de l’environnement, dirigé par la libérale Mélanie Schultz van Haegen qui inclut de façon croissante la participation des citoyens dans ses projets, qu’elle regroupe sous le terme de “do-ocracy” (démocratie de l’action) : la coopération est ici de mise et le ministère propose de s’impliquer par l’abolition des barrières législatives qui pourraient entraver la réalisation de projets citoyens.

Pr. Joost Schrijnen,
professeur émérite, doyen de la faculté de “Metropolitan and Region Design” à l’université de Delft, a été directeur du programme South-Western Delta. Pendant plusieurs années, il a été en charge des infrastructures de cette partie du Delta Plan mais aussi de son développement futur.
Ses recherches ont principalement porté sur la “métropolisation des Pays Bas”, sur la façon dont les grandes villes néerlandaises intègrent peu à peu des réseaux infra-régionaux et régionaux. Aujourd’hui à la retraite il habite Rotterdam.

Isabelle Vries est conseillère et manager du programme du port de Rotterdam. Après avoir travaillé à la municipalité de Rotterdam en dirigeant le secteur “Aménagement et environnement” de 1999 à 2002, Isabelle Vries intègre la société d’exploitation du port de Rotterdam. Elle devient responsable de la zone Waalhaven du port. De 2013 à 2015, elle fait des recherches pour l’université des Sciences appliquées de Rotterdam (Hogeschool Rotterdam) avant de retourner travailler pour le port à son poste actuel.
Elle est aujourd’hui à la tête du contenu scientifique de la conférence mondiale sur les villes et les ports de l’année 2016 (AIVP) et contribue à de nombreux projets de recherche et d’expositions en lien avec celui-ci.

René van der Plas est le vice-président et le directeur responsable de l’organisation du projet Maasvlakte 2 au port de Rotterdam depuis 2012. Il débute sa carrière en 1990 en tant qu’ingénieur de projet puis responsable de projet pour l’entreprise ECT (Europe Container Terminals), et ce jusqu’en 1997. De 1997 à 2005, il est associé de l’entreprise de consultants Twynstra Gudde, une des plus grandes des Pays-Bas dans de nombreux domaines. De 2005 à 2012, il est le directeur du Développement et de la construction du port de Rotterdam, avant de devenir responsable de la mise en place du projet Maasvlakte 2.

Dirk Koppenol est un jeune docteur de l’université d’Erasme à Rotterdam. Sa thèse présentée en 2013, portait sur le processus de décision ayant précédé l’extension du port de Rotterdam avec le méga-projet de Maasvlakte 2. Depuis septembre 2015, il travaille à l’Institut de recherche Smartport en tant que conseiller politique. Cet institut affilié à l’université d’Erasme, à l’université technologique de Delft, au port et à la ville de Rotterdam a pour objectif de créer un pôle d’expertise et de conseil en stratégie de développement pour le secteur portuaire.

Ellen Verkoelen est vice-présidente du parti CDA (parti chrétien-démocrate) dans la province méridionale des Pays-Bas. Elle est également membre du conseil provincial néerlandais et est membre du Comité d’État à l’environnement et au développement durable. Elle se bat pour une politique durable et éco-responsable, principalement concernant la politique énergétique.
Lors de la construction de l’extension Maasvlakte 2, elle était directrice d’une ONG environnementale. Elle représentera donc les mouvements citoyens lors de la table ronde du mardi 5 avril qui rassemble les différents acteurs du port.

Martin Aarts est aujourd’hui responsable de l’aménagement urbain pour la ville de Rotterdam. Il occupe depuis deux ans la fonction de conseiller supérieur dans ce département. Après avoir été diplômé de l’école d’architecture rattachée à l’université de Delft, il s’est immédiatement dirigé vers le secteur public pour travailler au sein de la municipalité de Rotterdam. Sa connaissance des enjeux et des débats liés à l’aménagement de la ville est donc très complète. Il portera “l’écharpe communale” pendant la table ronde qui s’intéressera à l’extension récente du port de Rotterdam.

Laurent Alberti est diplomate et conseiller des Affaires étrangères. Au sein du ministère français des Affaires étrangères, Laurent Alberti a occupé plusieurs fonctions, d’abord à l’ambassade de France aux Pays-Bas dans le domaine de la coopération culturelle (1999-2003) puis en Hongrie comme directeur adjoint de l’Institut français de Budapest (2003-2007). De retour au Quai d’Orsay, il a été chargé du suivi des relations franco-britanniques au sein de la direction de l’Union européenne avant de repartir en poste en 2010 comme premier conseiller à l’ambassade de France en Slovénie. Néerlandophone, il est depuis 2013 conseiller à l’ambassade de France à la Haye et directeur de l’Institut français d’Amsterdam.

Mathis Güller a suivi des études d’architecture et d’urbanisme au sein de l’École polytechnique fédérale de Zurich et à l’université technique de Delft aux Pays-Bas. Il a ensuite travaillé pour Domenig & Eisenköck à Graz, pour Raoul Bunschoten/Chora à Londres et pour Synergo à Zurich. De 1997 à 2000, il travaille sur des projets de design architectural pour le cabinet Maxwan à Rotterdam. Depuis l’obtention de son diplôme, il a participé à de nombreux concours d’urbanisme et a reçu plusieurs prix.
En 1999, il fonde avec son frère Michael Güller l’agence d’urbanisme et d’architecture “Güller Güller” basée à Rotterdam et à Zurich. Ensemble, ils développent une approche stratégique de la planification, l’urbanisme et de la réalisation architecturale. Ils ont également écrit un livre intitulé “From Airport to Airport City” dans lequel ils expliquent pourquoi les aéroports ne sont plus seulement de simples aéroports mais sont désormais décisifs dans la transformation d’une aire métropolitaine.

Dr. Evelyne Baillergeau est chercheuse à l’université d’Amsterdam. Elle a obtenu son PhD en sociologie urbaine à l’université de Grenoble II. Elle est spécialiste de l’analyse comparée des pratiques sociales liées à la mise en œuvre des politiques sociales en Europe (depuis 1994) et au Canada (depuis 2005). Elle s’est particulièrement intéressée à l’analyse du cas des Pays-Bas. Actuellement, elle mène des recherches sur les “nouvelles” pratiques d’intervention sociale à vocation collective, en particulier dans le champ de l’habitat en milieu urbain.

Zef Hemel est un aménageur spécialiste d’Amsterdam. Ces dernières années il était rédacteur en chef du magazine “Stedebouw & Ruimtelijke Ordening” (Aménagement urbain et régional), pour les professionnels de l’Institut néerlandais du logement et de l’aménagement de La Hague. En 2011, il a organisé, en tant que membre du think tank du ministère du Logement, de l’aménagement et de l’environnement, le congrès scientifique “Creative Cities” à Amsterdam. De 2001 à 2004, il était le directeur de l’Académie d’architecture et d’urbanisme de Rotterdam. De 2004 à 2014 il a été membre du comité de l’aménagement urbain de la ville d’Amsterdam. À ce titre il a organisé le programme “Freestate of Amsterdam” en 2009. Depuis 2012, il est professeur d’aménagement urbain et régional à l’université d’Amsterdam (Wibaut Chair). Il travaille aussi au comité économique et donne des conférences à travers le monde. Son dernier projet, selon lui le plus grand de sa carrière, en lien avec l’aménagement participatif à Amsterdam, nommé le People’s Industry Palace, débute le 12 avril 2016. Il y attend la participation de 500 000 citoyens en seulement trois mois.

Après l’obtention de deux masters, un premier de sciences politiques à l’université d’Amsterdam, et un second d’administration urbaine à la Netherlands School of Public Administration (NSOB), Patrick Van Beveren décide de partir travailler en Thaïlande, au Pakistan et en Hongrie. Actuellement, il travaille pour la ville d’Amsterdam. En 2010, il se lance dans un projet de recherche sur l’influence des habitants dans la rénovation urbaine à Bijlmermeer et sur la participation des habitants dans l’élaboration des politiques.

Saskia Beer est une jeune entrepreneure basée à Amsterdam et spécialisée dans les questions de transformation urbaine. Après avoir suivi des études d’architecture, et après quelques années de travail au Japon et aux Pays-Bas dans des cabinets réputés, elle décide finalement de se consacrer à des projets plus locaux pour rendre la ville plus attractive, inclusive et durable. Elle est la fondatrice de TransformCity et ZO !City. En tant que pionnière de la transformation urbaine, elle donne régulièrement des conférences à des étudiants et des professionnels. Elle a été conférencière à l’université de Delft, à celle d’Amsterdam et pour l’IHEDATE.

Jeroen Jonkers est un entrepreneur social, co-fondateur du projet Ik Geef om de Jan Eef (“I Care About the Jan Evertsenstraat”), une initiative bottom-up qui vise à dynamiser une rue et créer un environnement attractif pour l’habiter et la visiter, et ce après une agression tragique qui lui a donné une mauvaise réputation. Jeroen et ses voisins se sont organisés pour transformer cette rue, et après cinq ans, de nombreux programmes et le lancement de trois entreprises de quartier, ce collectif est considéré comme ayant un franc succès. En dirigeant cette initiative, en lien avec le gouvernement et les institutions locales, Jeroen a participé à la création de cette interface sociale durable.

Nels van Melsen est guide officielle de la municipalité d’Ijburg. Dès l’ouverture du quartier d’Ijburg, Nels s’est installée sur l’une des îles artificielles. Elle devient rapidement en charge du Visitor Center d’IJburg (de 2001 à 2007). Très impliquée dans l’organisation d’événements culturels et artistiques sur l’archipel, elle travaille aussi en étroite collaboration avec le Project Management Office d’IJburg.

Kaj Locher a obtenu son doctorat en chimie environnementale à l’université de Leiden en 1988. Dès l’année 2000, il travaille au ministère de l’Habitat, de l’aménagement et de l’environnement qui devient en 2010, le ministère des Infrastructures et de l’environnement. Sa carrière au ministère s’est centrée sur une approche politique et normative concernant les dangers sur la santé d’une mauvaise qualité environnementale. Aujourd’hui coordinateur des politiques d’agriculture durable, il s’occupe notamment de réguler les effets néfastes de l’agriculture sur la santé publique.

Willem Salet a présenté son doctorat en sociologie et planification territoriale à l’université d’Utrecht en 1975. Il intègre dès le début de sa carrière le Conseil scientifique de la politique du gouvernement des Pays-Bas et contribue à coordonner plusieurs grands rapports. Ses travaux ont notamment porté sur les nouveaux processus de décisions au sein de projets complexes. En 1994, Dr. Salet devient professeur à l’université technologique de Delft et à celle d’Amsterdam. C’est en son sein qu’il prend la direction scientifique du “Amsterdam Study Centre for Metropolitan Studies” (AME). Pendant ces dix dernières années, il a conduit plusieurs projets de recherches financés par des grands acteurs du territoire, notamment la Fondation européenne des sciences, Eurocities, le ministère néerlandais du Logement, etc. Ses recherches l’ont mené à se spécialiser sur le rôle de la gouvernance et de l’aménagement dans la société, et les interactions entre acteurs publics et privés qui en découlent. Depuis juillet 2008, il préside l’association des Écoles européennes d’aménagement” (AESOP).