Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Médiathèque > Christophe Chevalier : alternatives à la délocalisation


 Christophe Chevalier : alternatives à la délocalisation

Entrepreneur social de l’année 2011 selon le Boston Consulting Group et la Fondation Schwab, Christophe Chevalier   rejoint dès sa création « Archer », situé à Romans dans la Drôme, dont il se voit proposer la direction en 1991. Sa stratégie : adjoindre à des activités d’insertion une action de développement économique en s’appuyant sur les savoir-faire de ce bassin industriel. Archer intervient pour reprendre des entreprises, propose des relocalisations aux industriels locaux, se lance dans la fabrication de chaussures et transforme son siège social en Pôle territorial de coopération économique, regroupant une vingtaine d’acteurs du territoire. Impliqué au quotidien dans le développement économique local, Christophe Chevalier   est à l’initiative de la dynamique Start Up de Territoire qui ambitionne d’accompagner 100 start-up en 24 mois. Le Groupe Archer rassemble 110 actionnaires et salarie plus de 500 équivalents temps plein à travers ses diverses activités.

Créer des alternatives à la délocalisation ? Christophe Chevalier   entreprend de le démontrer. Il y a dix ans, l’idée même de produire en France a été abandonnée, au profit des pays de l’Est, du Maghreb et de la Chine. Ceux qui y sont pour gagner mille fois plus y resteront encore un temps, mais ceux qui y gagnent dix ou vingt points se rendent compte qu’ils sont coincés : les pays à bas coût de main d’œuvre ont une faible stabilité sociale, les délais ne sont pas garantis. S’ajoutent les questions de coût de transport et de possible détournement des pièces à produire.
Christophe Chevalier   en propose deux exemples : la production de pièces sophistiquées pour la mise aux normes des ascenseurs, et de pièces destinées à l’industrie automobile. "Si les entreprises apprennent à évaluer un coût global et pas seulement un prix unitaire, l’enjeu est immense de faire revenir en France une industrie de main d’œuvre."