Institut des hautes études d’aménagement des territoires




Accueil > Cycle de formation > Cycles 2007-2016 > Cycle 2012 > Mission d’étude / 2-6 avril


Mission d’étude / 2-6 avril

Allemagne


Le Bade-Wurtemberg est l’un des foyers de l’industrie allemande : automobile (Daimler, Porsche, Audi, Bosch), construction mécanique (Liebherr…), électronique grand public (Saba, Dual), textile (Hugo Boss) et logiciels (SAP). C’est un Land atelier où fleurissent les célèbres PME allemandes. Son PIB est supérieur à celui de la Belgique et le taux de chômage s’élève à 4,5%. C’est pourtant cette région qui s’est dotée, en 2011, d’un gouvernement vert-rouge, présidé par un écologiste. Un an après ce changement politique, le voyage d’études permettra de faire le point sur la relation industrie et territoire et le type de compromis qui s’est établi entre les acteurs économiques et le gouvernement régional.

Allemagne_Mission d’étude_2012_Programme
Allemagne_Mission d’étude_2012_Rapport final

>>> Chronique : aux sources du pragmatisme ?


2-6 avril

Un modèle allemand ? Excellence industrielle et exigence écologique
Bade-Wurtemberg

Le Bade-Wurtemberg est l’un des foyers de l’industrie allemande : automobile (Daimler, Porsche, Audi, Bosch), construction mécanique (Liebherr…), électronique grand public (Saba, Dual), textile (Hugo Boss) et logiciels (SAP). C’est un Land atelier où fleurissent les célèbres PME allemandes. Son PIB est supérieur à celui de la Belgique et le taux de chômage s’élève à 4,5%. C’est pourtant cette région qui s’est dotée, en 2011, d’un gouvernement vert-rouge, présidé par un écologiste. Un an après ce changement politique, le voyage d’études permettra de faire le point sur la relation industrie et territoire et le type de compromis qui s’est établi entre les acteurs économiques et le gouvernement régional.


Accueil officiel des auditeurs

Intervention de Werner Spec, maire de Ludwigsburg


L’implantation des entreprises étrangères dans le Land : les exemples de Décathlon et de Michelin

Dominique Tousch, Directeur régional de Decathlon dans le B-W

Dieter Freitag, directeur de Michelin Suisse, Autriche, Allemagne

Thomas Nagel, Directeur des affaires publiques de Michelin Suisse, Autriche, Allemagne

Implantées en Allemagne respectivement depuis 1931 et 1986, Michelin et Decathlon comptent parmi les quelques entreprises internationales qui ont réussi à s’imposer sur le marché allemand. Cet échange permettra de comprendre les raisons qui ont poussé Michelin et Decathlon à venir s’installer dans le Bade-Wurtemberg, d’appréhender les atouts de ce territoire, ses spécificités, les relations de travail qui s’y opèrent et les difficultés d’adaptation auxquelles ces deux entreprises doivent faire face.


Le Bade-Wurtemberg en Allemagne

Dominik Grillmayer, chargé de recherche à l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg

Cette intervention d’un chercheur de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, spécialisé dans le Bade-Wurtemberg, est l’occasion d’une présentation générale économique et politique du Land et de sa place et ses spécificités par rapport au reste du territoire allemand. Elle permet également de mettre en perspective les différents enjeux du voyage.


Gouvernance, politique industrielle et développement durable

Le rôle de la Verband Region Stuttgart dans le développement du "Grand Stuttgart"

Thomas Kiwitt, Directeur technique de la Verband Region Stuttgart

Fondée en 1994, la Verband Region Stuttgart est la structure administrative et politique du Grand Stuttgart. Ses missions, comparables à celles d’une communauté d’agglomération française, s’ancrent dans de nombreuses stratégies de coopération avec le Land. L’assemblée délibérante étant élue par les citoyens, la VRS représente une structure métropolitaine originale chargée d’apporter des solutions à la gestion des enjeux communs à plusieurs échelles du territoire (transports, développement éco, aménagement du territoire…).


Les enjeux pluriels du projet Stuttgart 21 et la politique de mobilité du Land

Hartmut Bäumer Directeur ministériel des infrastructures et de l’environnement

La politique des transports représente une priorité pour la nouvelle coalition à la tête du Land. La discussion avec le directeur ministériel des infrastructures et des transports sera l’opportunité de comprendre la stratégie de mobilité mise au point par un gouvernement du Land, dans lequel l’industrie automobile occupe une place prépondérante. Cet échange sera illustré par la présentation du projet controversé de reconversion de la gare centrale de Stuttgart, le « Stuttgart 21 », combattu par les écologistes mais adopté par referendum en novembre 2011.


Les enjeux de la sortie du nucléaire

Karl Greißing, Directeur du département de l’énergie au ministère de l’environnement

Si le Bade-Wurtemberg fait partie des Länder qui ont, à l’origine, choisi le nucléaire, l’arrivée des Verts au pouvoir ainsi que la décision fédérale de sortir du nucléaire à l’horizon 2022 posent de nouveaux défis au territoire : quelles stratégies de sortie du nucléaire et de promotion d’énergies alternatives ?


La formation professionnelle en Allemagne

La discussion aura pour but d’analyser ce qui fait réellement l’efficacité du système de formation du Land, facteur majeur de productivité des travailleurs et de compétitivité économique, et notamment de s’intéresser aux caractéristiques de la filière professionnelle, qui y est bien plus importante qu’en France. La diversité des intervenants permettra d’aborder la question sous plusieurs angles : M. König, directeur d’une école professionnelle, présentera le système professionnel du Land tandis que M. Sambeth, représentant du syndicat IG Metall, et Dr. Frädrich de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Stuttgart, souligneront le rôle particulier de leurs organisations dans ce système, et l’appréhenderont respectivement du point de vue des étudiants, des salariés et de l’entreprise.

Rolf König, Directeur d’une école professionnelle
Martin Frädrich, Représentant de la CCI de Stuttgart
Martin Sambeth, Représentant du syndicat IG METALL
Gabriele Schmalacker, Représentante de la PME industrielle REIFF


Présentation du projet VALUE (Valuing Attractive Landscapes in the Urban Economy)

Silvia Weidenbacher, Responsable de la planification paysagère de la Verband Region Stuttgart

Le projet VALUE a été sélectionné par la Verband Region Stuttgart dans le but d’illustrer le partenariat avec l’Union Européenne. Il s’agit d’un programme de mise en valeur économique des « infrastructures vertes » (parcs, espaces verts, itinéraires cyclables…) se trouvant au coeur des villes dans neuf régions européennes. Après une rapide présentation du projet, Mme Weidenbacher reviendra plus en détail sur ses résultats dans le Bade-Wurtemberg.


Heidelberg, Présentation de l’université

Prof. Dr. Thomas Rausch, Vice-recteur de l’Université de Heidelberg

L’Université de Heidelberg est reconnue internationalement pour son excellence scientifique. Elle représente un atout économique majeur du Land, tant en matière de soutien à l’innovation qu’en matière de formation de main d’œuvre qualifiée. Cet échange avec le vice-recteur Rausch offrira ainsi l’opportunité de mieux comprendre le rôle de l’université dans les relations entre recherche et industrie.


Exemple d’un partenariat entreprise/université

Prof. Dr. Peter Hofmann, Directeur de recherche du laboratoire CaRLa

Le laboratoire CaRLa est emblématique des liens étroits qui existent au sein des clusters, entre formation et recherche d’une part, entre recherche et industrie d’autre part. En effet, ce laboratoire, issu d’une coopération entre l’entreprise de chimie BASF et l’université de Heidelberg, est associé à des partenaires industriels afin d’offrir des applications concrètes à sa recherche fondamentale.


Présentation du parc technologique et du transfert technologique à Heidelberg

Jörg Rauch, Dirigeant de la S.A.R.L. « Technology Transfer Heidelberg »

Dr. Rauch se propose de présenter la structure particulière du parc technologique de Heidelberg et notamment d’expliciter les processus de transferts d’information qui s’y déroulent. Cofondateur et dirigeant de la S.A.R.L. « Technology Transfer Heidelberg », il prendra l’exemple de la coopération de la Faculté de médecine et de la Clinique Universitaire de Heidelberg avec le Centre allemand de recherche contre le cancer et le Laboratoire européen de biologie moléculaire.


Les partenariats recherche/industrie : les start-ups du parc technologique

Kai Blanck, Responsable de la section d’aide à la création d’entreprise – Université de Heidelberg
Le parc technologique développe une politique de soutien à l’implantation des entreprises naissantes dans des domaines d’avenir comme la chimie ou les biotechnologies. La discussion avec Kai Blanck, qui dirige le service d’aide à l’implantation des start-ups du parc, permettra de mieux appréhender ces politiques de soutien, leurs objectifs et leurs effets sur le développement économique.


Les stratégies d’aménagement du territoire de Heidelberg, « ville du savoir »

Henning Krug, Chef de secteur de l’agence d’urbanisme de Heidelberg

Depuis le début de l’année 2012, la ville de Heidelberg a amorcé un processus de développement urbain novateur destiné à accueillir et pérenniser la recherche scientifique sur son territoire. Le projet « Wissen-schafft-STADT » a pour ambition de renforcer l’intégration du parc technologique au coeur de la ville en fusionnant le parc technologique « à l’américaine » et le centre-ville, typiquement européen.


Exemple de reconversion d’une friche ferroviaire : visite du projet Bahnstadt

Christoph Czolbe, Membre de l’agence d’urbanisme de Heidelberg

Bahnstadt est actuellement le plus vaste projet de développement urbain de Heidelberg. Sur une superficie de 116 hectares au total, et d’ici une vingtaine d’années, le projet a pour but la construction d’un nouveau morceau de ville qui devrait accueillir commerces et instituts de recherche, loger 5 000 nouveaux habitants et générer 6 000 emplois. Le quartier Bahnstadt répondra par ailleurs à des exigences écologiques majeures, notamment à travers l’édification du plus grand lotissement de maisons passives au monde.



Retour d’expérience

A l’évidence, le cycle 2012 de l’IHEDATE, « production et territoires » imposait un voyage d’études en Allemagne. Non seulement parce que le « modèle allemand » a été rabâché ad nauseam depuis le début de la crise mais aussi parce qu’il y a moins de dix ans, l’Allemagne était considéré comme l’un des « hommes malades de l’Europe », alors que les taux de croissance français dépassaient largement ceux de notre voisin et partenaire favori.

Ce n’est donc pas seulement un « modèle » que nous sommes allés entendre mais aussi un « processus » : comment, alors qu’elle semblait être distanciée sur tous les points (croissance, chômage, performances éducatives) l’Allemagne a pu redevenir le meilleur élève de la classe européenne ?

Le rapport de compétition entre la France et l’Allemagne, même si l’on oublie les quatre guerres qui ont opposé les pays est une vieille histoire. Dès le début du vingtième siècle, le dynamisme de l’industrie allemande est vanté par comparaison à la langueur de l’industrie française ; les démontages d’usines et les captations de brevets considérés comme réparations à la fin de la première guerre mondiale stimulent l’innovation allemande ; l’après-deuxième guerre mondiale est le temps des « miracles » en Europe (aidés par les dollars du plan Marshall), mais très vite, l’industrie ouest allemande retrouve sa suprématie, comme en témoigne la dégradation progressive du « nouveau Franc » face au Mark.

Alors, existe-t-il, par delà les stéréotypes, un secret germanique, qui nous ferait fantasmer, au même titre que les légendes du cycle des Nibelungen ?

Trois dimensions frappent le visiteur (trop) pressé de comprendre :

-  Le Bade-Wurtemberg, ce n’est pas tout à fait l’Allemagne ; d’ailleurs, La dimension fédérale, régionale, et locale est considérablement plus consubstantielle (et substantielle) que dans l’hexagone. Ici, le local est folklorique et politique ; là, il est identitaire et stratégique.

-  L’imbrication des acteurs (politiques, sociaux, économiques, civiques) n’est pas un vain mot et la proximité géographique et culturelle est maintenue et renforcée par un ensemble de règles et de procédures qui fondent des accords négociés, eux-mêmes producteurs de normes collectives auxquelles chacun se tient, au moins pour le temps que dure l’accord.

-  L’espace urbain cherche à concilier les aménités de la vie citadine, consommatrice de biens, d’espace public et de paysage avec la présence de la manufacture. La figure du l’ouvrier et de l’usine, du producteur et de la production n’est pas évacuée de l’aménagement urbain. Elle est intégrée, elle négocie sa place comme toutes les autres parties prenantes.

Plusieurs traits ont « choqué » les auditeurs de l’IHEDATE  : les travailleurs pauvres, la place des femmes dans la société, le système d’orientation scolaire précoce ou encore l’apparente pesanteur du consensus social, économique et politique. Malgré l’inquiétude évoquée en matière de démographie, au total, comme le dit l’un des intervenants, « avec l’âge, je préfère vivre en Allemagne, dans un pays apaisé, où la négociation et l’accord font la règle commune », ce qui sous-entend la critique d’une certaine exaltation française, dont on connaît bien, ici, les limites rhétoriques.

De retour en France, rien n’apparaît « transposable » de part et d’autre du Rhin. Nous avons surtout mesuré la distance culturelle et politique, et compris ceci que l’exotisme est à nos portes. Nos cousins ne sont pas si germains que cela.