Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Cycle de formation > Cycles 2007-2016 > Cycle 2012 > Session 3, 8-9 mars


Session 3, 8-9 mars

Logistique, système productif et territoires

Paris, Siège du Groupe La Poste
44 Boulevard de Vaugirard – Paris 15e

Michel Savy  , Ecole des Ponts ParisTech
Pierre Veltz  , Établissement public Paris-Saclay

Les chaînes de production s’étirent sur des distances toujours plus longues : chaque établissement industriel n’est qu’un maillon d’un système qui se déploie à l’échelle mondiale. Dans le même temps, les prophètes de l’économie de la connaissance vantent les mérites des clusters, étroitement resserrés autour de campus, de pôles, de districts, etc. Entre la division mondialisée du travail et la spécialisation localisée dans la recherche, l’innovation, quelles cartes peuvent jouer les territoires ? Faut-il accepter le développement de la logistique ? Faut-il à tout prix s’inscrire dans « l’économie de la connaissance » et de l’immatériel (le numérique, les industries de « contenus » ?). D’autres voies sont-elles possibles ? Ce séminaire présente un état des lieux des analyses et des réflexions sur les rapports entre industrie, logistique et territoires.


Logistique et territoires

Michel Savy  

La logistique est une activité vitale pour toutes les entreprises industrielles ou commerciales. Elle est pourtant mal cernée, car elle combine plusieurs métiers (transport, entreposage, emballage, manutention) et n’a pas d’existence statistique, bien qu’elle emploie 720 000 salariés en France. De par sa nature même, elle n’est pas délocalisable, mais il existe une concurrence entre territoires, autour de l’implantation des plates-formes logistiques. Ce qui rend notre pays attractif, c’est sa position géographique centrale entre Europe du Nord et Europe du Sud, la densité de ses réseaux d’infrastructures de transport et les loyers de ses bâtiments industriels, plus bas que ceux de tous nos voisins immédiats.


Le transport maritime : quelles incidences sur l’espace et les territoires ?

Antoine Frémont  

Les longues routes du transport maritime tracent un circuit mondial accroché à quelques grands hubs qui assurent le groupement et la distribution entre les émetteurs, les grandes routes et les destinataires finaux, entreprises ou consommateurs. Si quelques points suffisent, comment les autres territoires s’inscrivent-ils dans ce système ? En quoi le transport maritime conduit-il à reconfigurer les logiques de transport terrestre et fluvial, dans l’hinterland des grands ports ? Et quelle est la place pour les ports français dans cette vaste redistribution des cartes ?


Les 10 ans

 
IHEDATE x 10
_ Ateliers Christofle
_ 112 rue Ambroise Croizat
_ St-Denis
 
13h – départ en métro (stations Montparnasse ou Gaîté), ligne 13 direction St-Denis, station St-Denis-Portes de Paris, sortie Marcel Sembat. Pour le retour, un service de réservation prioritaire de taxi sera mis en place. L’idéal, pour les provinciaux, serait peut-être de réserver un hôtel dans le quartier Montparnasse-Gaîté-Pernety et d’y déposer la valise le matin…

Mutations du système industriel et enjeux territoriaux

Pierre Veltz  

Clusters, districts, pôles de compétitivité : alors même que la production industrielle se mondialise, la solution « à la mode » semble être le regroupement en un même lieu d’activités et d’actifs hautement qualifiés, dans l’hypothèse que cette concentration produise des effets de synergie et d’échelle sur la recherche et l’innovation. Qu’est-ce qu’un cluster ? Comment cela fonctionne-t-il ? La France a-t-elle encore une place dans la compétition des clusters à l’échelle mondiale ?


Les industries de contenu et de services numériques

Henri Verdier  


La globalisation de l’industrie automobile

Patrick Pelata  


Quel avenir pour l’industrie française ?

Patrick Pelata  , Pierre Veltz  


Discussion générale


>>> Chronique  : logistique, une économie très matérielle


Les intervenants

Michel Savy   est ingénieur de l’École centrale et docteur d’État en sciences économiques, professeur à l’Université Paris Est (à l’Université de Paris Est Créteil et à l’École des ponts). Il est chercheur au Lab’Urba de l’Université Paris Est.
Il est codirecteur du Centre franco-chinois Ville et Territoire (Université de Paris Est, Université de Nankin). Il dirige l’Observatoire des politiques et des stratégies de transport en Europe, et la revue Transports/Europe.

Derniers ouvrages parus :
Logistique et territoire, La Documentation française, 2006.
Le fret mondial et le changement climatique (prés.), Collection Rapports et Documents, Paris, Centre d’Analyse Stratégique, 2010.


Pierre Veltz   est ingénieur des Ponts et Chaussées et docteur en sociologie, ancien directeur de l’ENPC et de l’IHEDATE. Il a enseigné à l’Ecole des Ponts et à Sciences Po. Après avoir dirigé la mission région capitale auprès du Secrétariat d’Etat de la région capitale, il est actuellement président directeur général de l’Etablissement public de Paris-Saclay, en charge de concevoir et de mettre en œuvre le projet de cluster.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur les rapports entre système productif et territoires, parmi lesquels :
Mondialisation, villes et territoires, une économie d’archipel, PUF, (rééd. 2005) ;
Des lieux et des liens. Politiques du territoire à l’heure de la mondialisation, Editions de l’aube, 2002 ;
La grande transition, Editions du Seuil, 2008.


Antoine Frémont   est agrégé de géographie, docteur habilité à diriger des recherches en géographie. Il est chargé de mission aménagement du territoire à RFF. Il a été directeur de recherche à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. Ses travaux de recherche porte sur l’industrie du transport maritime en lien avec la mondialisation.

Derniers ouvrages parus :
Le transport maritime à la croisée des enjeux économiques et environnementaux, in Pierre Jacquet  , Rajendra Kumar Pachauri, Laurence Tubiana (Editeurs),
Océans, la nouvelle frontière, Rapport annuel sur le développement durable, Paris, Armand Colin, 2011.
L’avenir des ports maritimes, Futuribles, n°358, décembre 2008


Henri Verdier   est ancien élève de l’École normale supérieure, où il a suivi un double cursus en sciences et en sociologie. Il a créé, avec les Éditions Odile Jacob, une activité d’édition de logiciels éducatifs, avec notamment un fort engagement dans le projet La Main à la pâte avec le professeur Georges Charpak. Il a ensuite travaillé au sein de la direction de la stratégie du groupe Lagardère.

Il dirige aujourd’hui la société MFG-R&D, qui applique des méthodes mathématiques de pointe à l’analyse du web social, et le think tank "Futur numérique" de l’Institut Télécom. Henri Verdier   est le président du pôle de compétitivité cap Digital.


Après ses études à Polytechnique et à l’Ecole des Ponts, Patrick Pelata   fait un doctorat de sociologie en participant à la création du Latts. Entré chez Renault en 1984, il réalise un parcours d’ingénieur de terrain, en dirigeant notamment la nouvelle tôlerie robotisée de Flins et en participant au projet Twingo. Il vient d’être nommé en 1998 directeur de l’ingénierie du groupe, quand Carlos Ghosn lui propose de l’accompagner à Tokyo. Numéro deux de Nissan, il a en charge le volet industriel du groupe japonais. Il revient avec Carlos Ghosn à Paris, après le départ de Louis Schweitzer et devient directeur général de Renault. Il démissionne en avril 2011.