Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Cycle de formation > Cycles 2007-2016 > Cycle 2013 > Session 1, 10-11 janvier 2013


Session 1, 10-11 janvier 2013

La société contemporaine et ses espaces/temps : vie longue et travail court

10-11 janvier 2013

Jean Viard  
CNRS

Sciences-Po
Amphithéâtre Érignac
13 rue de l’Université – Paris 7e


Ce premier séminaire de l’année 2013 propose des éléments de connaissance et de réflexion sur les transformations des sociétés contemporaines : mobilité, individualité, rapports sociaux, rapports politiques, place du religieux, questions ethniques. Ce séminaire donne la parole aux sociologues et aux philosophes. Il mélange volontairement les thèmes pour mettre en lumière, par delà la diversité des champs et des approches, par delà la complexité apparente d’un monde qu’on pourrait croire illisible, de clés de lecture et des structures de cohérence dont l’utilité se déploiera au fil des séances suivantes.


Jean Viard  
9:45 – 11:00
Vie longue, travail court


Pierre-Henri Tavoillot  
11:15 – 12:30
Les âges de la vie, une approche philosophique


François Dubet  
14:00 – 16:15
Formes de l’égalité et idée de justice


Les auditeurs
16:30 – 17:30 Présentation de la promotion 2013 (partie 1)

Vendredi 11 janvier

Jean Viard  
9:00 – 10:45
Proximités, nomadismes et diasporas


Danièle Hervieu-Léger  
11:00 – 12:30
Temps des religions et temps du monde


Patrick Simon  
14:00 – 15:30
Ethnie, classe et quartier : quels rapports entre catégories sociales et territoires ?


Discussion générale
15:30 – 16:30

Intervenants

Jean Viard   est directeur de recherches CNRS au Cevipof (Centre d’études de la vie politique française) et chargé de cours à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.
Diplômé en économie (DES Aix-en-Provence), docteur en sociologie (EHESS Paris), ses domaines de spécialisation sont les temps sociaux (vacances, 35 h), l’espace (aménagement, questions agricoles) et le politique. Ancien président des groupes de prospective tourisme au Commissariat au plan et à la Datar, membre du Conseil national du tourisme, président des éditions de l’Aube, dont il est le fondateur avec Marion Hennebert, il réalise aussi du conseil aux entreprises et aux collectivités territoriales. Conférencier, il est également l’auteur de nombreux ouvrages. Derniers ouvrages parus : Eloge de la mobilité – 2011, Editions de l’Aube ; Nouveau portrait de la France – 2011, Editions de l’Aube.


Pierre-Henri Tavoillot   est maître de conférences en philosophie à l’université de Paris-Sorbonne (Paris-IV) ; directeur adjoint de l’UFR de philosophie & sociologie, chargé de conférences à l’IEP de Paris, membre du Conseil d’analyse de la société (auprès Premier Ministre) et président du collège de philosophie.
Il collabore à la société de conseil, Eurogroup Institute.
Parmi ses ouvrages :
- Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l’autorité, Grasset, 2011.
- Les femmes sont des adultes comme les autres. Editions de l’Aube, 2011.
- Philosophie des âges de la vie, avec E. Deschavanne, Hachette Pluriel, 2008.


François Dubet   est sociologue, professeur à l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, directeur d’études à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) de Paris, chercheur au Cadis (Centre d’analyse et d’intervention sociologiques, CNRS) et membre senior de l’Institut universitaire de France (1992-2003).
Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment :
- Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale, (avec M. Duru-Bellat et A. Vérétout), Paris, Seuil, 2010 ;
- Les places et les chances, Repenser la justice sociale, Seuil, La République des idées, 2010 ;
- Le travail des sociétés, Seuil, 2009 ;
- Injustices. L’expérience des inégalités au travail, Seuil, 2006 ;
- L’école des chances. Qu’est-ce qu’une école juste ? coll. La République des idées, Seuil, 2004.


Danièle Hervieu-Léger   est sociologue, docteur d’État ès lettres et sciences humaines, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) dont elle a été présidente de 2004 à 2009. Elle a étudié les processus de recomposition des croyances religieuses dans les mouvements antiinstitutionnels et communautaires des années 1970. Elle a poursuivi par l’étude des formes contemporaines de la mobilité religieuse (mobilité des croyances et des pratiques, mobilité des identités, des quêtes du sens), puis, à travers la question des sectes, elle a analysé les formes nouvelles de religiosité et de sociabilité religieuse et leurs implications pour le modèle français de la laïcité.
Après divers travaux sur les ritualités funéraires et le rapport à la mort, elle poursuit actuellement une recherche sur les réformes et (re)créations monastiques contemporaines.
Derniers ouvrages parus :
- Qu’est-ce que mourir ? (dir.), 2010, Editions le Pommier ;
- Dictionnaire des faits religieux (dir.), 2010, Presses universitaires de France.


Patrick Simon   est socio-démographe à l’Institut national d’études démographiques (INED) (Paris, France) où il dirige l’unité de recherche " Migrations internationales et minorités " et chercheur associé au Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po. Il a coordonné le projet MEDIS sur la mesure des discriminations aux Etats-Unis, Canada, Australie, Grande-Bretagne et Pays-Bas. il est engagé actuellement dans une enquête comparative européenne sur l’intégration des " secondes générations ». Il co-dirige à l’INED l’enquête « Trajectoires et Origines » sur la diversité des populations en France. Expert pour le Conseil de l’Europe (ECRI), il réalise une étude sur le cadre légal, politique et méthodologique de collecte des données dites "ethniques" dans les 43 pays du Conseil.
Publications récentes :
- Meer N., Modood T., Sala Pala V. Simon P. « Cultural diversity, muslims, education in France and in England : two contrasting models in western Europe », in Bank J. (Ed) Routledge International Companion to Multicultural Education, London and NY : Routledge, 2009.
- Fassin D., Simon P. « Un objet sans nom : l’introduction des discriminations raciales dans la statistique française », L’Homme, 187-188/ 2008, p.271-294.