Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Cycle de formation > Cycles 2007-2016 > Cycle 2015 > Session 5 - 11-12 juin - Bruxelles


Session 5 - 11-12 juin - Bruxelles

L’espace économique et social européen

Les « communautés européennes » se sont d’abord construites autour des questions économiques (le charbon et l’acier, l’agriculture). La mise en œuvre du marché, puis de la monnaie unique ont creusé ce sillon économique. L’Europe « sociale » cependant, paraît plutôt en panne. Le thème de l’entreprise invite pourtant à s’interroger sur ces deux registres, l’économique et le social, trop souvent séparés. En quoi l’Union, espace économique est elle aussi un espace social ? Existe-t-il véritablement une politique communautaire en direction des entreprises dans leurs différentes composantes : salariés, dirigeants, actionnaires ? Comment s’expriment les entreprises et les salariés à l’échelon communautaire ? Les évolutions récentes du fonctionnement communautaire, nettement tournées vers une plus grande régulation économique, sont-elles favorables à l’approfondissement du volet social ?

Jeudi 11 juin

Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne
Place de Louvain 14, métro Park


Renaud Dehousse  
10 :15 – 11:45

Les transformations de la gouvernance européenne face à la crise : qui gagne et qui perd ?

C’est entendu : l’Europe fédérale est enterrée au profit d’une figure très largement intergouvernementale. Mais dans la pratique, les choses sont plus compliquées : d’abord l’Union Européenne est un jeu à trois (commission, parlement et États-membres) ; ensuite, à la faveur de la crise, les États-membres ont consenti de larges dévolutions de souveraineté au profit des instances communautaires. Qui gagne, qui perd et que peut-on dire de cette nouvelle figure communautaire ?


Emmeline Allioux  
12 :00 – 13 :00

La France à Bruxelles et les politiques de cohésion territoriale dans le nouveau cadre financier

Après une rapide présentation du rôle de la Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne, il s’agira d’évoquer les négociations en cours pour donner à l’Europe un nouveau cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020, et la place qu’auront les politiques à finalité territoriale, à commencer par la politique de cohésion.


Francesco Saraceno  
14:45 – 16 :00

L’Europe est-elle sortie de la crise ?

Depuis 2009, les jugements sur la méthode communautaire de traitement de la crise, sont partagés : dénonciation de la domination allemande qui imposerait une austérité générale d’une part, valorisation des progrès accomplis dans la gouvernance économique de la zone euro d’autre part. Comment trancher ? Et au-delà, ce débat ne dissimule-t-il pas un malentendu de fond sur ce que devrait être la stratégie de prospérité pour la « première économie du monde » ?


Marco Cremaschi  
16 :15 – 17:30

L’Union peut-elle aménager le territoire européen ?

La politique régionale est encore aujourd’hui le deuxième budget communautaire. Si l’on inclut le volet vert de la PAC, la dimension territoriale occupe donc une part prépondérante dans les dépenses communautaires. Pour autant, l’Union a-t-elle jamais eu un projet pour le territoire européen ? Quels sont les acquis, les échecs et les limites de la politique territoriale communautaire ?


Vendredi 12 juin

Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne
Place de Louvain 14, métro Park


Delphine Rudelli  
9:00 – 10:30

Représentation et rôle des entreprises dans la construction de l’espace social européen

L’échelle communautaire est-elle un enjeu pour les entreprises ? En quoi leur présence à ce niveau est-elle nécessaire, utile ? Quels sont les domaines et les matières qui sont discutés ? Comment les entreprises sont-elles intégrées dans les négociations politiques avec la Commission, le Parlement et les Etats ? Quels sont les principaux enjeux, acquis et limites du fonctionnement communautaire pour les entreprises ?


Christophe Degryse  
10 :45– 12:30

La place des organisations syndicales dans le dispositif communautaire

L’Europe sociale n’est-elle qu’une expression vide de sens ? Ou bien, en dépit d’une grande lenteur, des avancées ont-elles eu lieu ? Quels sont les principaux enjeux, du point de vue des organisations syndicales de salariés qui méritent d’être traités à l’échelle communautaire ? Quelle est la réelle valeur ajoutée de l’échelle communautaire dans le champ des questions sociales par rapport aux traditionnelles scènes nationales ou infranationales ? Comment sont organisés les syndicats et peut-on parler d’un syndicalisme européen ?


Jean Quatremer  
13:45– 15:30

L’Union a-t-elle encore un avenir ?

Accablée de tous les maux, menacée de démantèlement (Grexit, Brexit), soupçonnée de n’être plus qu’une annexe de Berlin, l’Union a-t-elle encore un avenir ? Analyse par l’un des meilleurs connaisseurs de la scène et des coulisses à Bruxelles, Francfort et Strasbourg.


Melissa, Noémie, Antonio, Pierre-Gilles
15:30 – 16:30
Retour d’Italie

Présentation du rapport du projet collectif de Sciences Po portant sur la mission d’études de l’IHEDATE.


Les intervenants

Renaud Dehousse   est titulaire de la chaire Jean Monnet à Sciences Po, dont il dirige le Centre d’études européennes, ainsi que conseiller du think tank Notre Europe. Ses travaux portent sur la gouvernance et le système politique de l’Union européenne. Il a en outre exercé des activités de conseil auprès de différentes institutions européennes. Derniers ouvrages parus : L’Union Europèenne, Paris, La Documentation française, 2014, 338p. ; The Community Method. Obstinate or Obsolete ?, Londres, Palgrave Macmillan, juin 2011 ;
Emmeline Allioux  , diplômée de sciences politiques, est chargée de mission à la Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne, en charge des politiques territoriales.


Francesco Saraceno   est docteur en économie (Université de Rome et Université de Columbia), chercheur à l’OFCE. Il enseigne la théorie macroéconomique européenne et internationale à Sciences Po Paris. Parmi ses publications récentes : Blot, Christophe, Olivier Rozenberg, Francesco Saraceno   and Imola Streho. 2014. "Reforming Europe ? When Economists, Law Scholars and Political Scientists Care About the Future of the EU." Revue de l’OFCE - Debates and Policies ; Jean-Paul Fitoussi, Jean-Luc Gaffard, & Francesco Saraceno  ,« Politiques macroéconomiques et réformes structurelles : bilan et perspectives de la gouvernance économique au sein de l’Union Européenne ». Revue d’économie politique, n°2, mars-avril 2010, pp. 247-268.


Marco Cremaschi   est professeur et chercheur en sciences politiques, spécialiste des politiques urbaines et d’aménagement. Il dirige le master urbanisme de Sciences Po. Il a enseigné au Royaume Uni et aux Etats-Unis. Il enseigne la théorie politique urbaine à l’Université Degli Studi de Rome. Il a publié de nombreux articles sur la gouvernance et les politiques urbaines et sur les politiques territoriales de l’Union européenne.


Journaliste, ancien collaborateur de « La Presse » (Montréal, Canada), Christophe Degryse   est directeur adjoint de l’Institut syndical européen (ETUI). Il est entre autre l’auteur du “Dictionnaire de l’Union européenne” (Editions Larcier, 4e édition, 2011), et “Comprendre l’Europe sociale” (Ed. Couleur Savoir). Il est directeur d’édition du “Bilan social de l’Union européenne” publié chaque année depuis 1999 par l’ETUI et l’Observatoire social européen.


Delphine Rudelli   est diplômée en droit et sciences politiques. Après 8 années passées au CEEMET (organisation patronale européenne de la métallurgie), elle revient à l’UIMM en 2006, en tant que responsable des affaires européennes. Depuis 2009, Delphine Rudelli   est directrice des affaires européennes et internationales de l’UIMM.


Jean Quatremer  , diplômé en droit international et droit européen a travaillé dans un cabinet d’avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation. Il est chargé de la couverture de l’actualité communautaire depuis septembre 1990 et est le correspondant du journal Libération auprès de l’Union européenne. Il a été également responsable du cahier « Europe » de Libération entre 1990 et 1992.