Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Cycle de formation > Cycles 2007-2016 > Cycle 2016 > Session 1 / 14 - 15 janvier 2016 / Paris


Session 1 / 14 - 15 janvier 2016 / Paris

Des sociétés en transition : nouveaux rapports au temps et à l’espace

Coordination scientifique
Jean Viard  

jeudi 14 & vendredi 15 janvier 2016
Sciences Po
Amphithéâtre Caquot
28, rue des Saints-Pères– Paris 7e


Ce séminaire se situe dans la continuité de la séance inaugurale : il ouvre des questions et des pistes de réflexion qui seront suivies au cours de l’année. Pour ce faire, il n’aborde pas directement le thème de l’aménagement du territoire, mais propose un détour en donnant la parole à ces chercheurs spécialistes des questions de société.
Cette année, le choix est fait de prendre comme thème central les rapports entre nomades et sédentaires comme étant l’un des foyers décisifs de transformations et de tensions. Nomadisme des élites vs sédentarité des classes populaires ? Migrants contre nationaux ? Touristes contre autochtones ? Demande d’autorité vs revendication d’autonomie ? Toutes ces oppositions existent, elles peuvent s’exacerber, mais elles sont autant porteuses de tensions que de liens nouveaux. Cette lecture sédentaires/nomades permettra de mettre en question l’évolution des modes de vie, des rapports au temps et à l’espace ; de montrer qu’il existe une économie de la mobilité ; et que le rapport nomades/sédentaires est au cœur des questions migratoires.


Jeudi 14 janvier
Sciences Po – Amphi Caquot- 28, rue des St Pères – Paris7ème
(Métro Rue du Bac, Saint-Germain-des-Prés)


9:30 – 11:00
Jean Viard  

Vie longue, travail court

Nous avons, depuis 100 ans, gagné 200 000 heures de vie. Et nous avons, dans le même temps, considérablement diminué le temps passé à la production. Qu’avons-nous fait de ce temps libéré ? Et quelles sont les conséquences de ce gain de temps sur notre relation aux autres, au travail, à la consommation et à la politique ?


11:15 – 12:30
Pierre-Henri Tavoillot  

L’aménagement de l’autorité à l’âge démocratique

L’âge démocratique est aussi celui de la crise de l’autorité qui ne dispose plus de fondements indiscutables. Les ressources traditionnelles du charisme, de la compétence et de la sollicitude présentent chacune des intérêts, mais aussi des limites. Comment refonder une autorité que ne soit pas « autoritaire » ? C’est l’un des défis majeurs des sociétés démocratiques.


14:15 – 15:15
Jean Viard  

Nomades ou sédentaires ?

Notre expérience du territoire s’est profondément transformée sous l’effet d’une mobilité accrue et des pratiques de consommation et de loisirs. Nous étions enracinés dans des lieux, nous sommes devenus producteurs de trajectoires. Pour une part importante de la population, le nomadisme devient un mode de vie ordinaire, alors que la mobilité n’est pas un bien partagé équitablement. Comment se croisent et se concilient aujourd’hui les nomades et les sédentaires ?


15:30 – 17:00
Laurent Davezies  

Les solidarités invisibles : la circulation des richesses

Les inégalités devant la mobilité sont souvent dénoncées. Certains s’interrogent même sur la domination de la mobilité comme valeur collective. Et pourtant, la circulation des individus est un des puissants facteurs de production de richesses et de solidarité sociale et territoriale. Ces solidarités invisibles que tissent les nomades sont l’un des mécanismes fondamentaux qui expliquent que la France ne subit pas les tentations de sécession que connaissent certains pays voisins.


Vendredi 15 janvier


9:30 – 10:45
Thomas Kirszbaum  

« Déségréger » la ville ? Les leçons américaines

Les États-Unis ont engagé depuis longtemps des politiques dites de « déségrégation » urbaine visant principalement les ghettos afro-américain. Les orientations qui se sont succédées – développement communautaire, mobilité résidentielle, mixité sociale « par le haut » ¬¬- sont riches d’enseignement et permettent de mettre en perspective la « politique de la ville » telle qu’elle a été conduite en France.


11 :00– 12:30
Jean Blaise  

Rassembler la ville : tourisme et identité urbaine, le cas nantais

L’un des piliers du « modèle nantais » est l’alchimie qui s’est produite entre une politique culturelle tournée vers la création artistique et une politique touristique très offensive. La ville s’est dotée d’une identité forte toute en s’ouvrant à l’extérieur. Comment cette alchimie s’est-elle produite, et comment est-elle vécue par les habitants de la ville ? Récit par l’un des protagonistes centraux de cette histoire.


14:15– 15:30
Nadine Cattan  

Les migrants dans les interstices des espaces publics

Les dichotomies opposant mondialisation par le haut et mondialisation par le bas sont encore très présents dans les représentations des espaces urbains et métropolitains. L’observation du rôle, dans l’espace public, de migrants engagés dans l’économie touristique informelle à Paris et de migrantes employées de maison à Beyrouth permet de saisir comment se crée dans l’espace public un système de relations spontanées à distance des logiques hiérarchiques les plus instituées et d’entrevoir des formes autres de régulation urbaine. Il s’agit de restituer toute l’importance des pratiques spatiales de ces deux populations et de montrer comment elles relèvent pleinement du politique en ce qu’elles transgressent au quotidien l’ordre urbain établi.


15:45 – 17 :00
Discussion générale et première présentation des auditeurs
Élection des représentants des adhérents actifs au conseil d’administration de l’Ihedate


Les intervenants

Jean Viard   est directeur de recherches associé à Sciences Po, au Centre d’études de la vie politique française. Ses domaines de spécialisation sont les temps sociaux, l’espace (aménagement, questions agricoles) et le politique. Il préside les éditions de l’Aube, dont il est le fondateur avec Marion Hennebert, Derniers ouvrages parus : Éloge de la mobilité – 2011, Éditions de l’Aube ; Nouveau portrait de la France – 2011, Éditions de l’Aube ; La société des modes de vie, Paris, Éditions de l’Aube, 2012, coll. « L’urgence de comprendre ».

Pierre-Henri Tavoillot   est philosophe, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et président du Collège de Philosophie. Directeur du master « Métiers de l’entreprise », il est aussi membre du Comité d’éthique du CNRS (Comets) et chargé de cours à Sciences-po.
Parmi ses ouvrages : Faire ou ne pas faire son âge (Éditions de l’Aube, 2014), Petit almanach du sens de la vie (Livre de Poche, 2013), Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l’autorité (Grasset, 2011) et Philosophie des âges de la vie (avec E. Deschavanne, Hachette Pluriel, 2008).

Laurent Davezies   est professeur au Conservatoire national des arts et métiers et expert indépendant. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les politiques régionales, les politiques urbaines et de développement économique local et les politiques financières publiques, aussi bien en France, dans les pays industriels que dans les pays en développement. Il a construit un modèle empirique et théorique permettant de comprendre la production et de circulation des richesses dans et entre les territoires, qui a donné lieu à de nombreuses publications, parmi lesquelles : La République et ses territoires ; la circulation invisible des richesses, La crise qui vient ; la nouvelle fracture territoriale, Le nouvel égoïsme territorial ; le grand malaise des nations, tous publiés aux éditions du Seuil, collection « la République des idées ».

Jean Blaise   : Après des directions de centres culturels, il prend ses quartiers à Nantes avec la création, en 1982 – 1983 de la maison de la culture. En 1990, il crée le festival des Allumées à Nantes. En 1997 Le festival Fin de siècle prend le relais des Allumées. En 2000, il crée le Lieu unique, à Nantes et en prend la direction. En 2002, il devient directeur artistique de la première Nuit blanche, à Paris. En 2007, il crée l’événement culturel Estuaire 2007. Il est depuis 2011, le directeur général d’une structure qui fusionne l’office du tourisme et la SEM Nantes Culture et Patrimoine (Château – Les Machines de l’île) et Estuaire.

Nadine Cattan   est géographe, directrice de recherche au CNRS. Ses travaux de recherche proposent des modèles de compréhension de la façon dont la mobilité et l’échange modifient les rapports des sociétés à l’espace et conduisent à une réinterprétation de nos représentations spatiales classiques. Publications récentes : Cattan N., 2007, Cities and networks in Europe : a critical approach of polycentrism, Montrouge, J. Libbey Eurotext - Responsable scientifique et technique du LabEx DynamiTe, Nadine Cattan   vient de publier : Cattan, N., Leroy, S., 2013, Atlas mondial des sexualités - Libertés, plaisirs et interdits, Paris, Éditions Autrement.

Thomas Kirszbaum   est sociologue, chercheur associé à l’Institut des Sciences sociales du Politique (École normale supérieure de Cachan-CNRS). Ses recherches portent sur les politiques urbaines d’intégration des minorités ethniques étudiées notamment dans le cadre d’une comparaison de la politique de la ville en France et aux États-Unis. Il a notamment publié : Mixité sociale dans l’habitat. Revue de la littérature dans une perspective comparative (HALDE, Études & Recherches, Paris, La documentation française, 2008), Rénovation urbaine. Les leçons américaines (PUF, coll. « La ville en débat », 2009), Il a dirigé l’ouvrage collectif issu des séminaires de l’IHEDATE Le désenchantement de la politique de la ville, Editions de l’Aube, 2014.