Institut des hautes études en développement et aménagement et des territoires en Europe




Accueil > Cycle de formation > Cycle 2018 > Session 7 / 11 – 12 octobre / Saint-Etienne / Lyon


Session 7 / 11 – 12 octobre / Saint-Etienne / Lyon

Villes « bonnes à vivre », villes inclusives ?

Jeudi 11 octobre


Comment s’organisent et se développent les politiques sociales, les politiques de santé sur les territoires ? Comment les territoires prennent-ils en charge les plus fragiles ? Lors de rencontres avec les acteurs des politiques sociales et urbaines, il s’agira de comprendre et discuter concrètement les mécanismes, objectifs et enjeux de ce pan essentiel de l’action publique, tant en termes de cohésion sociale que de santé publique et de gouvernance locale, dans les deux villes de Lyon et de Saint-Étienne. Des villes plus « inclusives » sont des villes qui savent investir, innover, s’adapter, dans de nouveaux quartiers comme dans des quartiers anciens qu’il faut accompagner. Alors que l’on évoque à foison les dimensions « smart » de villes qui se veulent attractives, comment y traite-t-on de pauvreté ?


09 :30 – 10 :30
Julien Damon  
Introduction sur la protection sociale.

Que baptise-t-on protection sociale ? Quelles sont les masses financières en jeu ? Quelles sont les évolutions passées, en cours et à venir du système français ? Quelles sont les responsabilités des principaux opérateurs (État, organismes de sécurité sociale, associations, collectivités territoriales) ? Cette introduction, centrée sur les ordres de grandeurs, rappellera les principaux points de repère.


10 :45 – 11 :30
Jérôme Minonzio  
Les politiques sanitaires et sociales lyonnaises.

Le « modèle lyonnais » de politiques sanitaires et sociales réaffirme l’héritage d’une tradition humaniste, à la croisée du christianisme social et du solidarisme laïc. Il se concrétise notamment par l’engagement d’un réseau associatif riche. La création récente des métropoles a été l’occasion de repenser le pilotage local des politiques sociales et médico-sociales. A Lyon, la fusion des compétences du conseil départemental du Rhône et de la communauté d’agglomération depuis 2016 avait notamment pour but de simplifier l’accès aux services sociaux.


11 :30 – 13 :00
Emmanuelle Lafoux   /Pierre Ramon-Baldier/Sandrine Roulet  
La protection sociale sur un territoire particulier.

L’actualité et les perspectives des politiques sociales et sanitaires menées dans la métropole de Lyon sont de toute importance car, au-delà de leurs traits particuliers, s’y expérimentent une gouvernance singulière. Il s’agira, lors d’une rencontre avec les principaux organismes de sécurité sociale, de présenter concrètement ce que réalisent une CAF et une CPAM, en liaison avec les autres acteurs des politiques sociales et sanitaires.


14 :30 – 16 :00
Association Nomade Land
Visite du quartier La Confluence.

Accompagnés par les bénévoles de l’association Nomade Land, un voyage dans l’architecture d’aujourd’hui permettra de découvrir ce territoire en mutation, illustrant les enjeux d’un urbanisme favorable à la santé.


16 :00 – 17 :15
Pascal Brenot  /Christophe Mérigot
La politique de la ville dans l’agglomération lyonnaise : une réponse pragmatique aux enjeux de cohésion territoriale.

Dynamique en termes économiques, démographiques et d’équipements, dotée d’un cadre institutionnel innovant (la Métropole), l’agglomération lyonnaise se caractérise aussi par la grande diversité de ses territoires et des écarts de développement importants. Après un rappel sur le cadre national de la politique de la ville et de ses trois « piliers », on verra comment l’histoire de cette politique nationale se combine avec le développement de l’intercommunalité dans l’agglomération lyonnaise et quels sont aujourd’hui ses outils, ses échelles, ses méthodes et sa gouvernance. Le thème de la santé servira d’exemple de ce qu’est une politique thématique territorialisée et un éclairage particulier sera porté sur le projet de territoire du quartier prioritaire de la ville – QPV - de la Duchère.


17 :30 – 18 :30
Benoit Bardet  
Le quartier de La Confluence.

Vaste territoire de 150 hectares au sud de la presqu’île lyonnaise, La Confluence a longtemps vécu au rythme des activités industrielles et portuaires. Leurs mutations, structurelles et géographiques ont libéré un espace stratégique à reconquérir. A terme, il doublera la superficie de l’hyper-centre de l’agglomération.
L’aménagement de La Confluence vise un objectif : construire la ville intelligente et durable. L’enjeu est de concilier exigences environnementales et anticipation des besoins futurs des usagers. Loin d’une approche purement technique et réglementaire, la SPL Lyon Confluence a fait de la qualité de vie une priorité de ses actions. Cette mobilisation vise, depuis le lancement du projet urbain, la création d’une ville sobre, innovante et créative, encourageant les mobilités douces et limitant les impacts environnementaux. Une ville accessible à tous qui sache tisser des liens forts entre l’existant et les nouvelles réalisations.


Vendredi 12 octobre


09 :15 – 09 :30
Gilles Nezosi  
EN3S, une école au cœur du système et des réseaux de protection sociale.

Le Centre d’études supérieures de Sécurité Sociale, créé en 1960, est devenu en 2004, École nationale supérieure de Sécurité Sociale. L’EN3S a formé plus de 3 500 élèves, en poste dans les différents secteurs de la protection sociale. Ces dirigeants se trouvent au cœur de la machine française de redistribution et au cœur des territoires.


09 :30 – 10 :30
Julien Damon  
Pauvreté et mal-logement.

Quelles sont les définitions, l’ampleur et les évolutions des phénomènes de pauvreté et de mal-logement ? Un tour d’horizon national abordera les deux sujets de la mesure des problèmes et des mesures pour les traiter. Il s’agira de souligner les mutations à l’œuvre et de signaler les jalons historiques et pratiques en ce qui concerne l’action publique, en particulier du côté de la protection sociale.


10 :45 – 12 :15
Nadine Dupont  /Véronique Henri-Bougreau  
Lutter contre la pauvreté et l’insalubrité à Saint-Etienne.

Pauvreté et insalubrité sont des problèmes particulièrement prégnants à Saint-Étienne. Leur intensité, leur visibilité et leur place dans le débat public singularisent le territoire. En réponse, les organismes de sécurité sociale gèrent des politiques nationales en les adaptant au contexte et aux réalités locales. Il s’agira, concrètement, de préciser et discuter ce que développent une CPAM et une CAF, en lien avec leurs partenaires locaux.


12 :15 – 13 :00
Frédéric Bossard  
Le rôle d’une agence d’urbanisme dans le domaine de la santé.

Epures est une des cinq premières agences d’urbanisme créées en 1967 grâce à la loi d’orientation foncière. Elle compte une équipe de 35 personnes environ et de nombreux partenaires (98), dont certains communs avec l’agence d’urbanisme de Lyon, notamment à l’échelle métropolitaine.
Epures travaille depuis de nombreuses années avec l’ARS, d’abord à l’échelle locale, sur des problématiques santé et territoire. En 2017, Epures a expérimenté des démarches d’urbanisme favorable à la santé dans deux quartiers, à Saint-Etienne et Rive de Gier et a participé, au sein du réseau régional des agences d’urbanisme, à l’animation de certains axes du futur plan régional santé environnement (PRSE3). Ce travail conduira à l’adhésion de l’ARS aux quatre agences d’urbanisme impliquées dans la démarche.


14 :00 – 16 :30
Rémi Dormois  /Frédéric Bossard  
Présentation et visite urbaine, en bus et à pied.

Après une introduction qui reviendra sur les dynamiques socio-spatiales ayant affecté l’agglomération stéphanoise pour comprendre la mise à l’agenda du renouvellement urbain sur ce territoire et les différentes dimensions de la stratégie qui le sous-tend, une visite autour du centre-ville de Saint-Etienne est proposée. Le centre-ville est à la fois le lieu d’une mosaïque urbaine et sociale intéressante (forte ségrégation socio-spatiale), mais également le lieu emblématique de la régénération de la ville et de son futur, celui-ci passant par le design, l’expérimentation, l’intervention douce et agile.


Les intervenants

Julien Damon   est professeur associé à Sciences Po, conseiller scientifique de l’École nationale supérieure de la Sécurité sociale (EN3S). Il a été, en particulier, responsable de la mission Solidarité de la SNCF, directeur des études à la Caisse nationale des Allocations Familiales (CNAF), chef du service Questions sociales au Centre d’analyse stratégique. Il a publié une vingtaine d’ouvrages dont, récemment, 100 penseurs de la société (PUF, 2016), Un monde de bidonvilles (Le Seuil, 2017), Exclusion : vers zéro SDF ? (La Documentation française, 2017). www.eclairs.fr

Jérôme Minonzio   est maître de conférences associé à l’Institut de formation et des recherches sur les organisations sanitaires et sociales (Ifross) de l’université Jean Moulin Lyon 3 et rédacteur en chef de la revue Informations sociales de la Caisse nationale des Allocations Familiales. Ses recherches portent sur les réformes et l’évaluation des politiques sanitaires et sociales.

Emmanuelle Lafoux   est directrice générale de la CPAM du Rhône et directrice déléguée de la gestion du risque Auvergne Rhône-Alpes. Diplômée de Sciences Po et de l’EN3S, elle a notamment exercé les responsabilités de directrice de la CPAM de Moselle, directrice du pôle stratégie du CHU de Nancy, directrice d’un établissement de soins de court séjour de 150 lits à Strasbourg.

Pierre Ramon-Baldié   est actuellement directeur-adjoint de l’URSSAF Rhône-Alpes. Il a contribué à la réflexion sur la pédagogie de la protection sociale, à la sélection et la formation des dirigeants de la protection sociale pendant 12 ans à l’EN3S. Professeur associé de 2006 à 2015, il reste chargé d’enseignements sur la protection sociale à l’université de Paris-Est Marne La Vallée.

Sandrine Roulet   est directrice de l’action sociale de la CAF du Rhône depuis 2013. Diplômée de l’EN3S et de l’IEP de Lyon, elle a exercé les fonctions de directrice des ressources humaines à l’ARS Rhône-Alpes et de directrice du Centre lyonnais de rééducation et de soins de suite.

Pascal Brenot   est directeur du développement territorial de la Ville de Lyon depuis 10 ans, après avoir eu les fonctions de chef de cabinet du directeur général des services. Il a mis en place cette direction du développement territorial avec l’objectif de mieux articuler la politique de la ville avec les politiques sectorielles, en étroite relation avec le Grand Lyon.
Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, Pascal Brenot   est par ailleurs trésorier du réseau AMADEUS (Association des responsables politique de la ville des grandes villes et agglomérations françaises) et auditeur IHEDATE 2016.

Benoît Bardet est directeur adjoint de la société publique locale Lyon Confluence, qui est en charge de l’aménagement urbain de 150 hectares au sud de la presqu’île de Lyon. Manager et directeur de projets, Benoît Bardet s’est investi dans plusieurs domaines : urbanisme, développement durable, éducation, science et culture, Europe et international. Économiste et linguiste de formation, spécialiste des relations franco-allemandes, il a travaillé pendant 15 ans dans le champ de la coopération internationale à l’Agence universitaire de la Francophonie, puis à la Cité internationale universitaire de Paris. Il est à l’initiative des olympiades universitaires de la Francophonie et du salon du recrutement international.

Gilles Nezosi   est actuellement directeur de la formation professionnelle au sein de l’EN3S. Ancien élève de l’EN3S, docteur en sciences politiques, il est entré à la CNAF en 1999 comme conseiller technique chargé de la recherche. Il a ensuite occupé des postes de management et de gestion des prestations dans plusieurs organismes. En marge de ses activités, il enseigne la protection sociale et publie régulièrement, notamment pour le compte de la Documentation française.

Nadine Dupont   est sous-directrice depuis 1999 à la CPAM de la Loire, en charge de la direction Accès aux droits et aux soins. Cette direction regroupe un pôle Relation client (accueil physique et accueil téléphonique), un pôle Gestion du dossier client (affiliation – CMUC/ACS), un pôle Prévention/précarité (PLANIR, PFIDASS, action sanitaire et sociale, conciliation, centre examens de santé). Elle était auparavant sous-directrice à la CPAM de Roanne.

Véronique Henri-Bougreau   dirige la CAF de la Loire depuis 2012. Ancienne élève des Instituts d’études politiques de Lyon et de Paris et diplômée de l’EN3S, elle a été auparavant directrice adjointe de la CAF du Rhône.

Frédéric Bossard   dirige depuis sept ans Epures, l’agence d’urbanisme de la région stéphanoise. Diplômé en architecture, urbanisme et sciences politiques, il travaille depuis plus de 15 ans dans le réseau des agences d’urbanisme. D’abord comme directeur adjoint à l’agence de Grenoble, puis, toujours comme directeur adjoint à l’agence d’urbanisme et de développement de Lille Métropole. Son parcours l’a conduit à travailler fréquemment avec le monde de la recherche avec lequel il coopère encore régulièrement.

Rémi Dormois   est directeur général adjoint des services « Développement urbain » à Saint-Etienne Métropole et à la Ville de Saint-Etienne. Il a précédemment travaillé en agence d’urbanisme, dans le réseau scientifique et technique du ministère du Développement durable et dans les services déconcentrés de l’État. Docteur en science politique, il a conservé une activité de recherche et d’enseignement sur la thématique des politiques urbaines mises en œuvre dans des villes de tradition industrielle. Il est chercheur associé en science politique au laboratoire Environnement, ville, société (UMR CNRS 5600).