Institut des hautes études en aménagement et développement des territoires en Europe

]


Accueil > Cycle de formation > Cycle 2016 - 2017 > L’univers des réseaux : des territoires structurés ou débordés (...)

L’univers des réseaux : des territoires structurés ou débordés ?

14 - 15 septembre, Paris

Coordination scientifique
- Isabelle Baraud-Serfaty  
- Michel Savy  
- Martin Vanier  


Jeudi 14 septembre 2017
Groupe La Poste – 9 rue du colonel Pierre Avia – Paris 15ème
Métro ligne 8, Balard - Tramway 2, Porte d’Issy


Vendredi 15 septembre 2017
RTE, Tour initiale - 1 terrasse Bellini – Paris La Défense
Métro ligne 1, Esplanade de la Défense – RER A, La Défense Grande Arche


Les territoires sont structurés, irrigués, drainés par des réseaux physiques, qui transportent bien plus que de l’énergie, des marchandises ou des données. En France, le paysage est tenu par quelques grandes entreprises, publiques ou privées, qui se partagent le monde des réseaux, selon des logiques monopolistiques de droit ou de fait. Mais de nouveaux acteurs font irruption dans le monde des réseaux : géants du numérique, gestionnaires de plateformes, opérateurs de la ville intelligente. Chacun, dans une course de vitesse, tente de se positionner au plus haut dans la chaîne de valeur. Comment se transforment les entreprises traditionnelles, quelle est la stratégie des nouveaux entrants et que peuvent les régulations territoriales ?


Jeudi 14 septembre
La Poste, 9 rue du colonel Pierre Avia – Paris 15ème
Salon Marques


09:00
Accueil café


Matinée : La structuration des réseaux de transport
Mot d’accueil du Groupe La Poste et introduction de la session


09:45 – 10:45
Michel Savy  
Réseaux et territoires : une lecture de longue période

L’inscription et les effets des réseaux d’infrastructures de transport sur le territoire se déroulent dans le temps long. On peut distinguer plusieurs phases principales : la construction du réseau de base, son extension et sa densification, enfin sa mise en crise ou sa rénovation par l’apparition de nouvelles solutions exogènes ou endogènes à la technologie du réseau considéré. En s’appuyant principalement sur l’exemple des réseaux ferroviaire et routier en France, à partir du XIXe siècle, l’exposé traitera de la notion controversée « d’effet structurant des infrastructures ».


10:45 – 11:45
Nicolas Quinones-Gil  
Naissance et structuration d’un réseau de services : les cars « Macron »

L’ouverture du marché du transport de voyageurs par autocars par la loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » de 2015 a déclenché, en deux ans à peine, la création d’une offre inédite de transport interurbain, s’ajoutant aux services ferroviaires et aux divers usages de l’automobile. Le recueil systématique de données permet d’observer les processus de construction des réseaux des opérateurs en place et en particulier la structure géographique et les nouvelles pratiques de mobilité qu’ils dévoilent et suscitent.


12:00 – 13:00
Christophe Ripert  
L’immobilier dans la logistique moderne

La logistique est une fonction essentielle des économies modernes. Son bon fonctionnement appelle une action conjointe des acteurs privés et publics, en particulier en milieu urbain. Une part notable des activités logistiques, précédant ou suivant les opérations de transport, se déroule sur des sites et dans des installations adaptées : centres de tri, entrepôts, etc. L’immobilier logistique est un élément clef de modernisation et d’insertion de la logistique dans le territoire. Sogaris est en la matière un acteur innovant et exemplaire.


13:00 – 14:00
Buffet sur place


Après-midi : les plateformes, nouvelles infrastructures ?


14:00 – 15:00
Isabelle Baraud-Serfaty  
Lorsque la ville des infrastructures bascule vers la ville des usages

La révolution numérique saisit les villes et provoque une profonde transformation de ses modes de production. L’émergence de la « multitude », « l’individualisation de l’individu » et l’importance du temps réel provoquent un glissement serviciel de la ville : alors que, depuis le 19ème siècle, les réseaux d’eau, d’énergie et de transport étaient des clefs pour fournir les services urbains, désormais la capacité à embarquer les usagers prime. Les « agrégateurs », capables d’opérer les nouvelles « infrastructures » de la ville que sont désormais les plateformes, s’affirment comme des acteurs clés qui concurrencent les collectivités locales dans leur rôle même d’autorité organisatrice.


15:00 - 16:00
Stéphane Grumbach  
Collectivités vs plateformes ?

S’appuyant notamment sur l’exemple de la Métropole de Lyon, Stéphane Grumbach   reviendra en détail sur le modèle économique des plateformes, les raisons de leur développement exponentiel et la manière dont elles peuvent se substituer aux traditionnels « services publics ». Il apportera ensuite des éléments de réponse aux questions suivantes : le match entre collectivités et plateformes est-il joué ? Des plateformes locales peuvent-elles émerger ? Jusqu’où cette évolution est-elle inéluctable ?


16:15 – 17:30
Discussion avec Isabelle Baraud-Serfaty   et Stéphane Grumbach  


Rappel aux inscrits – (Inscriptions clôturées)

18:30 – 22:30
Dîner débat au Sénat autour de Jean-Louis Guigou, Président de l’Institut de Prospective du Monde Méditerranéen – IPEMED, professeur d’université, haut fonctionnaire français, spécialiste de l’aménagement du territoire
Salon Pourpre, 15 ter rue de Vaugirard, Paris 7ème


Vendredi 15 septembre
RTE, Tour initiale - 1 terrasse Bellini – Paris La Défense
Auditorium – Rez-de-chaussée, Tour initiale


08:30
Accueil café


09:00 – 10:30
Olivier Grabette  
Électricité, réseaux et territoires : ce qui est en train de changer

Le transport de l’électricité est un des plus puissants leviers d’aménagement du territoire, en même temps que l’expression parfaite des ajustements entre enjeux technologiques et enjeux socio-économiques. En s’appuyant sur l’histoire du transport de l’électricité et l’expérience de RTE, Olivier Grabette   montrera comment ces leviers et ces ajustements se construisent et s’activent en France à de nouvelles échelles, celle de l’Europe et au-delà.


10:45 – 12:15
Martin Vanier  
Réseaux débordants, territoires encadrants ? Changer notre lecture des scènes de l’aménagement de la France en Europe

Alors que le principe de territorialisation s’impose comme l’alpha et l’omega des politiques publiques, les territoires n’ont en réalité jamais été autant « outrepassés » et « débordés » par les réseaux d’infrastructure et de services. Comment articuler la puissance des réseaux et le pouvoir des territoires, aux différentes échelles ? Comment ouvrir de nouveaux espaces politiques dans une société bousculée par le « capitalisme réticulaire » ?


(Départ des groupes de l’atelier 3 pour la Mairie de Paris)


12:15 – 12:45
François Hamet  
La Poste : stratégie territoriale du groupe

Tout en conservant un maillage territorial très serré, le réseau postal s’est considérablement redéployé, pour tenir compte des nouveaux marchés (baisse du courrier, augmentation des colis) et trouver les gains de productivité nécessaires. Ce redéploiement territorial a fortement transformé le rapport du système postal au territoire.


13 :00 – 14 :00
Buffet sur place pour les groupes de l’atelier 1 et 2


14:15 – 16:30
Travail collectif

Atelier 1 – Sète : Salle 22/52
Atelier 1 – Villefranche-sur-Saône : Salle 15/52
Atelier 2 – Sarrebruck : Salle 28/11
Atelier 2 – Dunkerque : Salle 14/53

Groupes de l’atelier 3
12 :45 – 14 :30
Déjeuner avec Pierre Mansat  , Jean-Louis Missika et Patrick Renaud
14:30 – 17:00
Rencontres avec Emmanuel de la Masselière (Paris Roissy) et Flora Brett (Paris Orly), et travail collectif
Hôtel de ville de Paris, 5 rue Lobau, Paris 4ème


Les intervenants

Isabelle Baraud-Serfaty   est diplômée de l’Ecole supérieure de commerce de Paris et du cycle d’urbanisme de Sciences Po, Isabelle Baraud-Serfaty   a d’abord travaillé comme consultante en finances locales, puis à la Caisse des Dépôts et Consignations et chez le promoteur ING Real Estate. En 2010, elle a créé ibicity (www.ibicity.fr), structure de conseil en économie urbaine qui intervient sur le montage de projets urbains avec une double focale : jeu d’acteurs et modèles économiques. Depuis 2003, elle enseigne à l’Ecole Urbaine de Sciences Po.


Michel Savy   est ingénieur de l’École centrale et docteur d’État en sciences économiques, professeur émérite à l’Université Paris Est (École d’Urbanisme de Paris et École des Ponts - ParisTech), chercheur associé au laboratoire SPLOTT de l’IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux).
Il est en outre membre du collège de l’ARAFER (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) et directeur de l’Observatoire des politiques et des stratégies de transport en Europe. Il a été avec Patrick Le Galès   le premier codirecteur de l’IHEDATE et en est aujourd’hui membre de son conseil scientifique. Ses travaux portent sur l’économie et la politique des transports et l’aménagement du territoire.


Martin Vanier   est géographe et consultant chez Acadie. Après une thèse consacrée à l’industrie de la bonneterie à Troyes, ses travaux ont porté sur la géographie urbaine, les métropoles et les espaces périurbains. Il a enseigné à l’Institut d’Urbanisme de Lyon (1991-1997) et à l’Université du Québec à Montréal (1998) et a été professeur à l’Université de Grenoble. Il a cofondé l’UMR PACTE à Grenoble et dirigé son laboratoire « Territoires » (2003-2007). Il a été le conseiller scientifique du dernier programme de prospective de la Datar (CGET), « Territoire 2040 ». Il est particulièrement sensible aux questions de prospective et de gouvernance. Martin Vanier   est conseiller scientifique de l’Ihedate.
Derniers ouvrages parus : Demain les territoires. Capitalisme réticulaire et espace politique, Ed. Hermann, 2015 – Villes, territoires, réversibilité, Éditions Hermann, 2012.


Nicolas Quinones-Gil   a rejoint l’ARAFER en octobre 2015 au poste de responsable du département des études et de l’observation des marchés. Il y a créé l’Observatoire des transports et de la mobilité et développé la pratique de la régulation par les données, grâce à la réalisation de collectes régulières auprès des opérateurs. Ingénieur des Arts et Métiers, diplômé d’un mastère spécialisé de l’EM Lyon et en analyse financière, il a débuté sa carrière chez PSA au département achats, puis dans l’asset-management. Au BIPE, cabinet d’études économiques et de conseil en stratégie, de 2011 à 2015, il était directeur du pôle bâtiment et infrastructures, notamment chargé de la réalisation de l’Observatoire prospectif des marchés de l’immobilier et des infrastructures.


Christophe Ripert   est, depuis décembre 2016, directeur général adjoint en charge de l’innovation, du développement et de la gestion du patrimoine de la SEM SOGARIS, foncière en immobilier logistique urbain.
Auparavant, il a occupé différents postes dans le secteur de la logistique urbaine : chez SOGARIS, directeur immobilier de 2011 à 2016, directeur études et prospective de 2009 à 2011 ; à la direction de la voirie et des déplacements de la Ville de Paris, chargé de mission Transport de marchandises de 2002 à 2008 ; à l’ADEME, ingénieur en organisation et système de transport de marchandises et environnement de 1992 à 2002. Il est titulaire d’un DEA en Sciences de gestion en logistique et organisations du CRET-Log Université de la Méditerranée d’Aix-Marseille II.


Stéphane Grumbach   est directeur de recherche à l’Inria, spécialiste des données. Il a travaillé sur des types de données complexes, telles que des données spatiales, statistiques et biologiques, et a conçu un algorithme de compression pour les séquences d’ADN. Interdisciplinaires, ses recherches portent actuellement sur la révolution numérique, en particulier sur les plates-formes d’intermédiation, qui transforment les données pour créer de nouveaux moyens économiques et sociétaux.
Il est directeur d’IXXI, l’Institut des systèmes complexes de l’ENS Lyon et dirige le groupe de recherche Dice d’Inria consacré à l’économie des données.
Il a passé huit ans en Chine, d’abord en tant que diplomate puis à l’Académie chinoise des sciences, où il a dirigé le laboratoire informatique sino-européen, LIAMA.


Olivier Grabette est membre du directoire de RTE et directeur général adjoint chargé du pôle prospective, expertise, solutions. Ingénieur diplômé de l’école supérieure de l’espace et de l’aéronautique, il a occupé différents emplois au sein d’Electricité de France puis RTE depuis plus de 20 ans dans les domaines de l’ingénierie et de la maintenance des réseaux d’électricité à haute et très haute tension. Il a coordonné le programme de recherche et développement de RTE depuis 2010 et a créé la direction de la recherche développement innovation de RTE en janvier 2012. Il est vice président de l’association ThinkSmartgrid qui assure la promotion de la filière française des réseaux électriques intelligents, et président de Friends Of Supergrid, une association européenne œuvrant à la promotion des réseaux européens.


François Hamet   est directeur des relations avec les territoires du groupe La Poste. Il a commencé sa carrière dans le secteur associatif à vocation sociale, avant d’entrer à l’ENA. Il a occupé différetentes fonctions au ministère de l’Intérieur, en préfecture et en cabinet ministériel. En 2014, il a été nommé préfet hors cadre puis préfet de la Haute-Saône. Il était directeur du cabinet de la secrétaire d’Etat chargée de la réforme de l’Etat et de la simplification, et, parallèlement, conseiller à Matignon avant de rejoindre le groupe La Poste en février 2016.


Éléments de bibliographie

Transports
- Michel Savy  , Nouveaux lieux, nouveaux flux. Les mobilités de l’avenir, Paris, O. Jacob, 2015.
- Michel Savy  , avec L. Dablanc et P. Veltz, Les Marchandises dans la ville, Terra Nova, 2017.
- Michel Savy  , Le Transport de marchandises. Économie du fret, management logistique, politique des transports, Lausanne, PPUR, 2017.
Plateformes
- Isabelle Baraud-Serfaty  , Clément Fourchy, Nicolas Rio  , « Financer la ville à l’heure de la révolution numérique », Revue Esprit, Juin 2017, http://www.esprit.presse.fr/actualites/financer-la-ville-a-l-heure-de-la-revolution-numerique-497
- Stéphane Grumbach  , "Quelle régulation pour l’économie des plateformes ?", Le Millénaire, http://www.millenaire3.com/interview/2016/quelle-regulation-pour-l-economie-des-plateformes
- « Coopérativisme de plateforme, une alternative à l’uberisation », Ewen Chardronnnet, Makery, http://www.makery.info/2016/11/30/cooperativisme-de-plateforme-une-alternative-a-luberisation/
Réseaux et territoires
- Martin Vanier  , Demain les territoires, capitalisme réticulaire et espace politique, Hermann, 2015


INSERT_HEAD