Institut des hautes études en aménagement et développement des territoires en Europe

]


Accueil > Missions d’étude > 2017 / Tanger - Gibraltar > Les mondes du détroit de Gibraltar

Les mondes du détroit de Gibraltar

Programme

Les mondes du détroit de Gibraltar

Ce saut d’une colonne d’Hercule à l’autre, n’a pas seulement été l’occasion de passer de l’Europe à l’Afrique. Il a permis d’aborder des questions de relations mondiales : tourisme, migrations internationales, spécialisations économiques et, au passage, de sentir les conséquences du « Brexit » sur un territoire britannique qui vit contre l’Europe, tout contre.


Lundi 3 avril

Tanger, renaissance d’une ville-monde

Muriel Soret
La Consule de Tanger, nous recevra dans les locaux du consulat de France. Son intervention portera sur la présence de la France dans cette région et les enjeux des relations franco-marocaines.


Leila Maziane
Introduction historique du détroit de Gibraltar
L’historienne Leila Maziane appréhende le Détroit à travers le temps long et l’espace, non seulement Méditerranéen mais aussi Atlantique. Elle évoquera les flux humains et commerciaux qui l’ont parcouru tout au long de l’histoire. Elle abordera également la construction de l’immense et moderne port Tanger Med, et les "batailles pacifiques" entre les ports espagnols et marocains, entre coopération et compétition.


Hanae Bekkari, Malika Laaroussi
Visite urbaine de Tanger : un voyage dans la ville, une remontée dans le temps.

Tanger est depuis toujours une ville carrefour, riche d’histoire et d’échanges en raison de sa position géographique. Les enjeux qui s’attachent à ses deux façades maritimes (la relation de la ville avec le port), et à son arrière-pays (la relation de la ville avec les espaces naturels et ruraux) ont évolué au fil du temps. Cette traversée de la ville permettra également de découvrir les différents types de quartiers qui composent la ville, de la Médina aux quartiers informels et au nouveau quartier de la gare LGV dans le cadre du projet Tanger Métropole.


Abdellatif Brini
Tanger-Métropole : maîtriser le développement ?

A travers la vision portée par l’Agence Urbaine de Tanger, les mutations progressives de la ville et des modes de vie des Tangérois seront abordés. La ville vit une mutation accélérée, orchestrée par le projet Tanger Métropole, premier grand projet urbain intégré.


Mardi 4 avril

Aménagement et insertion économique dans la mondialisation

Tanger Med II

Mounir El Bouyoussfi
La région tangéroise dans la stratégie de développement économique du Maroc

Le Maroc est engagé dans une stratégie de modernisation, aiguillonnée par l’ouverture internationale. Entretenant des relations privilégiées avec l’Europe, investissant de plus en plus présent en Afrique, le Maroc se positionne comme un trait d’union entre les deux continents. La région du Nord est le fer de lance de cette politique. Le Directeur de l’agence de développement des provinces du nord, tracera les principaux axes de cette stratégie, ses réussites, mais aussi ses difficultés.


TMSA
Stratégie portuaire par la TMSA

Véritable « Etat dans l’Etat », TMSA gère à la fois les zones franches implantées dans la région et les installations portuaires de Tanger Med. Comment le port a-t-il réussi à se hisser aussi rapidement à la place de premier port d’Afrique ? Comment s’articulent la stratégie portuaire et la stratégie industrielle ? Telles sont quelques-unes des multiples questions que soulève cet équipement gigantesque.


Visite guidée du port en bus
Jean-François Gal


Abdelmoula Sadik
Usine Renault-Nissan : stratégie d’implantation et perspectives de développement

Le directeur de l’usine Renault-Nissan de Mellussa expliquera les raisons qui ont présidé au choix du site dans le cadre de la stratégie générale du groupe,, et ses perspectives de développement.
- Visite guidée en compagnie de Jean-François Gal de la chaîne de fabrication et du centre de formation
- L’enjeu de la formation professionnelle des jeunes
La formation professionnelle des jeunes actifs est un enjeu majeur pour répondre aux besoins des entreprises marocaines et étrangères. En effet, le développement économique et urbain intense du territoire doit faire face à un déficit de main-d’œuvre qualifiée.


Mercredi 5 avril

Le territoire au défi des migrations

Mohamed Charef
Le Maroc, terre de départ, de transit et d’accueil

Longtemps pays d’émigration, riche d’une importante diaspora à travers le monde, le Maroc est également une voie de passage privilégiée de la migration subsaharienne vers l’Europe. Aujourd’hui, l’externalisation des politiques migratoires européennes inaugure une nouvelle ère pour le Maroc, qui devient malgré lui une terre d’accueil.


Commission Régionale des Droits de l’Homme Tanger-Tétouan
La nouvelle politique migratoire du Maroc

L’équipe de la CRDH de Tanger a participé au diagnostic et à la rédaction du Rapport du Conseil National des Droits de l’Homme de 2013 pour la promotion d’une nouvelle politique migratoire au Maroc. En quoi consiste la stratégie nationale mise en œuvre depuis 2013, quels effets a-t-elle déjà produit, comment se décline-t-elle localement ?


UNHCR / GIZ / Caritas-Délégation des Migrations / Les Ponts Solidaires


Mohamed Charef
Workshop avec divers organismes acteurs dans le champ migratoire

Parallèlement à la nouvelle politique migratoire, on voit émerger depuis plusieurs années un tissu d’acteurs complexe dans le champ de l’immigration, avec un nombre conséquent de bailleurs et d’organisations internationales ou européennes. Les raisons de leur présence et de leurs actions au Maroc sont multiples et varient selon le type d’organisation. Parallèlement, plusieurs associations locales mènent une action sociale auprès des migrants de bien plus longue date que la politique gouvernementale. Enfin, depuis plusieurs années, des collectifs de migrants émergent pour faire entendre leur voix dans leur nouveau pays de résidence.
Ces workshops en petit groupes permettront de dialoguer avec ces acteurs, de comprendre leur rôle, leur éventuelle complémentarité, et également de mesurer les limites de leurs actions.


Synthèse de la matinée


Jeudi 6 avril

Gibraltar, le rocher de la discorde

José Juan Franco Rodríguez
La Línea : réalités aux portes de l’enclave

Aux portes de l’enclave prospère de Gibraltar, la ville de la Línea est une des plus pauvres d’Espagne. Les marchandises de contrefaçon et le commerce de produits illicites en général y ont leur centre névralgique, favorisant un réseau de pouvoir parallèle. Mais La Línea envoie aussi sur l’enclave un flux important de travailleurs journaliers. Elle se heurte aujourd’hui à la question du Brexit et la possible fermeture de la frontière, qui serait pour elle désastreuse.


Edward Macquisten
Gibraltar : histoire, état, perspectives

La vocation de cette petite enclave britannique a longtemps été presqu’exclusivement militaire. Cependant, la stratégie économique qu’elle poursuit depuis la fin des années 1980 en a fait le moteur économique de sa région. Cette situation s’appuie cependant largement sur le statut d’extraterritorialité et l’exploitation des différentiels frontaliers dont elle bénéficie, et sur l’accès au marché unique de l’Union européenne. Avec le Brexit s’ouvre pour elle une période d’incertitude : ne risque-t-elle pas de perdre son influence et de se dé-mondialiser ?


Jesús Verdú Baeza
Géopolitique : Brexit et enjeux de coopération environnementale dans le Détroit

La présence des enclaves complique les relations diplomatiques autour du Détroit. Les enjeux écologiques exigeraient de la coopération et la définition d’objectifs transnationaux. Mais la formation d’une gouvernance commune de cet espace est altérée par un dialogue dégradé ou dépendant de cycles diplomatiques.
Le Brexit vient aujourd’hui ranimer les revendications et les tractations, dont l’issue est incertaine.


Marcela Iglesias Onofrio
Ceuta : la coopération entre l’Espagne et le Maroc sur le contrôle des frontières

Vestige de la présence ibérique depuis plusieurs siècles, l’enclave de Ceuta offre à l’Espagne un large contrôle des passages sur le Détroit. Elle est aujourd’hui au cœur de la question migratoire. Afin de mettre en œuvre la politique des frontières de l’Union européenne, l’Espagne a tissé un lien de coopération avec le Maroc. L’engagement actif du Maroc pour le contrôle des frontières a été obtenu en échange d’une large aide au développement économique et culturel.


Vendredi 8 avril

Un développement durable ?

Khalid Mouna
Economie illicite, immobilier, commerce de contrebande

La contrebande a une longue histoire dans la région depuis les protectorats français et espagnols et est favorisée par la présence de l’enclave de Ceuta. Quelle est aujourd’hui la route du cannabis, depuis le petit producteur, jusqu’au grossiste en Europe ? Quelle est l’organisation de ce trafic ? Quels rapports sociaux se créent entre les différents acteurs ? Quels sont les liens entre le blanchiment d’argent et le développement immobilier de Tanger ?


Driss Nachite
Le littoral tangérois : d’un passif environnemental à une reconversion durable

Les mutations territoriales de la rive marocaine du détroit sont liées à deux facteurs structurants : le port Tanger-Med et le tourisme. Les impacts environnementaux et sociétaux de ces mutations sont considérables et ne vont pas sans conflits. Ils font ressortir les limites des choix politiques de développement territorial. Quelles seraient les bases d’une reconversion durable de ce territoire ?


Zoubir Chattou
Débriefing de la semaine

Pour clore cette mission d’études, cet après-midi permettra de revenir sur les temps forts et les questions soulevées par le voyage. Pas de thème imposé, mais un dialogue ouvert, nourri par le regard d’un chercheur.


Les intervenants

Muriel Soret est Consule générale de France à Tanger depuis 2013. Après avoir étudié à Sciences Po Lyon, elle a rejoint le ministère des Affaires étrangères en tant qu’adjointe au chef de service de la sécurité diplomatique puis chef de la mission des fonctionnaires internationaux.


Leïla Maziane est professeur d’histoire moderne à l’Université Hassan II Casablanca. Elle est également membre du Comité exécutif de la Société internationale des historiens de la Méditerranée et du Réseau international de « Gouvernance des Ports Atlantiques (XIVe-XXIe siècles) ». Outre l’histoire et le patrimoine maritime et portuaire, ses thèmes de recherche sont les mobilités individuelles et collectives en Méditerranée et en Atlantique. Elle a reçu le Prix Mémoires de la Mer 2008 pour son livre « Salé et ses corsaires 1666-1727, un port de course marocain au XVIIe siècle ».


Docteur en urbanisme de l’Université de la Sorbonne, Abdellatif Brini, architecte et urbaniste, est le numéro 2 de l’Agence Urbaine de Tanger. Il est l’un des acteurs clé du projet Tanger Métropole. Il est également professeur à l’Université Abdlemalek Saadi à Tanger et à Tétouan et participe activement aux réflexions internationales sur le concept de smart cities.


Hanae Bekkari est une architecte engagée qui travaille à l’intégration des quartiers informels depuis que le Roi lui en a fait la demande. Elle a mené un travail intense auprès des femmes de ces quartiers pour les convaincre de la nécessaire participation des habitants aux projets urbains.


Mounir El Bouyoussfi est chimiste de formation. Après l’obtention d’un diplôme de doctorat d’Etat en chimie de l’Université de Bruxelles en 1996, il passe un diplôme de Cycle supérieur d’aménagement des territoires à l’Institut national de l’aménagement et d’urbanisme. En 1997, il débute sa carrière à l’Agence de développement des provinces du Nord en tant que consultant dans le cadre d’un programme en partenariat avec le PNUD. Il a occupé différents postes au sein de l’agence jusqu’à en être nonmé Directeur général en octobre 2014 Depuis 2013, il est également membre du Conseil d’administration de l’Agence Spéciale Tanger-Med.
----
TMSA : L’Agence Spéciale Tanger Med est une compagnie créée par le pouvoir royal en 2002. La TMSA possède la capacité d’aménagement, de développement et de gestion des complexes industriels et portuaires de la région de Tanger. Société au capital 100% public, le groupe TMSA se divise en de nombreuses entreprises gérant les différentes zones d’activité du port et de la région de Tanger, ainsi qu’une Fondation qui œuvre pour des causes sociales, éducatives ou environnementales.


Ingénieur diplômé de l’Institut de physique et de chimie industrielle de Lyon et de l’Essec, Jean-François Gal est directeur de l’usine Renault-Nissan de Mellussa. Entré dans l’entreprise en 1994, il travaille sur différents sites en France puis en Espagne avant d’être nommé en 2015 à Tanger. Il est aujourd’hui à la tête de la plus grande unité de production de Renault en Afrique, avec plusieurs milliers d’employés et près de 250 000 véhicules sortis par an (2015).


Abdelmoula Sadik, Directeur régional de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT). L’OFPPT est un établissement public organisé selon une logique tripartite entre l’Etat, le patronat et les représentants des salariés. Sa mission vise à former une main-d’œuvre qualifiée, dans le cadre d’un impératif de compétitivité, et à faciliter l’intégration professionnelle des jeunes adultes.


Mohamed Charef est docteur en Géographie de l’Aménagement de l’Université de Poitiers et Docteur en Sciences de l’Université Libre de Bruxelles. Il est Professeur de géographie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir et Directeur du Laboratoire D’Etudes sur les Migrations, Anthropologie, Espaces et Sociétés (LEMASE). Il est membre du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) dont il préside la Commission de la Région d’Agadir.
Professeur invité dans plusieurs universités étrangères, il est également, Consultant et Expert des questions migratoires auprès du Fond des Nations Unies pour la Population, le Conseil de l’Europe, la Division de la population des Nations Unies, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR).


La Commission régionale des droits de l’Homme (CRDH) assure la mise en œuvre des programmes et projets du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH). Elle contrôle la situation des droits de l’Homme, reçoit des plaintes relatives aux violations de droits et donne des recommandations aux décideurs politiques ainsi qu’au Parlement. La CRDH travaille également en collaboration avec un large réseau associatif. Sa Présidente, Salma Taoud, est initialement professeure universitaire de physique. Elle est également membre fondateur d’Amnesty international Maroc. Elle présentera la nouvelle politique migratoire menée au Maroc depuis 2013.


Le HCR au Maroc  : Depuis 1965, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés est aux côtés du Maroc pour soutenir son engagement à protéger et assister les réfugiés et les demandeurs d’asile vivant sur son territoire. Suite à la validation par SM le Roi Mohamed VI des recommandations du Conseil National des Droits de l’Homme pour une nouvelle politique d’asile et de la migration, le HCR et les autorités marocaines travaillent en étroite collaboration pour développer un nouveau cadre légal et institutionnel et une politique d’intégration des réfugiés dans la société marocaine.


La GIZ opère au Maroc depuis 1975 pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ), et de plus en plus d’autres ministères et organisations. Son champ d’action est vaste, avec 130 salariés au Maroc qui interviennent dans des domaines très variés allant du développement durable aux questions de bonne gouvernance, en passant par des projets de développement des actions de santé.
Sur les enjeux migratoires, la GIZ développe depuis 2015 un projet d’appui aux collectivités locales afin de favoriser une meilleure intégration économique, sociale et culturelle des migrants au niveau local.
----
Tanger Accueil Migrants (TAM) est un centre d’accueil ouvert depuis une dizaine d’années à Tanger qui dépend de l’Archevêché de Tanger. Il est géré conjointement par la Délégation des Migrations de Tanger et Caritas. Ce centre accueille chaque année des centaines de personnes, seules ou en famille, dont un nombre croissant de mineurs isolés. La petite équipe de travailleurs sociaux accompagne au quotidien les migrants vers les centres de santé, les lieux administratifs, ou les écoles pour les plus jeunes. Leur témoignage nous permettra de comprendre le quotidien et les parcours de vie des migrants qui sont stoppés à Tanger. Ils évoqueront très certainement les nombreuses failles du système de protection sociale des institutions marocaines à l’égard des migrants.


Les Ponts Solidaires est une jeune association de migrants subsahariens qui agit pour le dialogue interculturel et la solidarité entre les populations migrantes et les citoyens marocains. Elle œuvre pour l’intégration des migrants subsahariens à la société marocaine.
L’association est membre observateur depuis cette année de la Commission Régionale de Régularisation de la Wilaya, pour la deuxième phase de régularisation exceptionnelle mise en œuvre par le Royaume.


José Juan Franco Rodriguez est Maire de La Línea de la Concepción. Natif de la Linea et juriste de formation, il effectue ses études dans la ville voisine de Cadix et entre dès 1999 comme fonctionnaire à la mairie de sa ville. Las des politiques imposées par Madrid, il crée le parti 100% en 2015 et se présente la même année aux municipales, qu’il remporte. Il mène depuis une lutte pour le renouveau de La Linea, une des villes les plus pauvres d’Espagne, avec des problèmes d’insalubrité publique et d’insécurité. Il nous parlera de ses relations avec Gibraltar et de la coopération qu’il a entamée avec le Ministre en Chef du Rocher.


Edward Macquisten est Directeur de la chambre de Commerce de Gibraltar. Après une carrière internationale dans le domaine de la communication dans des groupes tels que IPG ou The Financial Times, cet anglais occupe le poste de directeur de la CCI de Gibraltar depuis 2005.


Jesús Verdú, professeur de droit international à l’Université de Cadix et avocat à Algésiras. Il s’intéresse particulièrement aux relations diplomatiques autour du détroit de Gibraltar. Il a notamment travaillé sur la souveraineté dans le Détroit et les traités internationaux qui régissent le passage, ainsi que le traitement des enjeux environnementaux du Détroit.


Marcela Iglesias Onofrio est professeure à l’Université de Cadix. Diplômée en histoire à Cadix et en droit international à Buenos Aires (Arg.), elle est primée en 2009 pour sa thèse sur les relations hispano-marocaines depuis 1956. Elle travaille aussi activement sur la coopération en matière de migrations et l’intégration des migrants en Espagne.


Khalid Mouna est anthropologue, professeur à l’Université Moulay Ismail de Meknès, chercheur associé au Centre Jacques Berque et professeur invité dans plusieurs universités (EHESS de Paris, Université Paul Valery 3 Montpellier, Ca’ Foscari Venise). Ses recherches portent notamment sur l’anthropologie économique et historique du cannabis.


Zoubir Chattou est anthropologue et sociologue au Département des Sciences de l’Ingénierie de Développement Rural à Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès. Il travaille actuellement sur l’éco-tourisme, la gestion des ressources humaines, les migrations, le développement, ainsi que l’aménagement territorial de la ville de Tanger. Ce chercheur au profil très transversal est également associé au Centre Jacques Berque en Sciences Sociales.