Institut des hautes études en aménagement et développement des territoires en Europe

]


Accueil > Cycle de formation > Cycle 2016 - 2017 > Villes mondiales, villes duales ?

Villes mondiales, villes duales ?

12 – 13 octobre, Marseille

Jeudi 12 et vendredi 13 octobre 2017

Établissement Public d’Aménagement EuroMéditerranée
L’astrolabe – 79 boulevard de Dunkerque – Marseille
Métro 2, arrêt Bougainville / Tramway 2 ou 3, arrêt Euroméditérranée Gantès

Les villes sont généralement considérées comme les gagnantes de la mondialisation, dès lors qu’elles sont capables d’accueillir et de concentrer les personnes, les idées et les capitaux, avec pour responsabilité d’assumer un rôle de redistribution en direction des territoires qui les environnent. Mais cette position est sans doute fragile, comme en témoignent l’accroissement des taux de pauvreté au cœur des villes, la réapparition des habitats précaires dans les plus grandes. Fragile aussi dès lors que le mode de production urbain est saisi par la finance, et doit par ailleurs répondre aux exigences d’une ville de plus en plus habitée par des « passants ». Comment les grandes villes font-elles face à ces cinq défis : celui de l’accueil et de l’hospitalité, celui des inégalités sociales, celui de la maîtrise de la production urbaine, celui de la gestion de populations inscrites dans des trajectoires de plus en plus diversifiées, celui de la solidarité territoriale ? Autant de questions abordées au cours de cette session au prisme du territoire de la métropole marseillaise.


Jeudi 12 octobre
Euroméditerranée, L’astrolabe – 79 boulevard de Dunkerque – Marseille
Centre Info Euromed

09:45
Accueil café


10 :15 – 11 :30
Michel Peraldi  
Marseille, portrait de ville

L’histoire de Marseille des cinquante dernières années est celle de la transformation douloureuse d’un port industriel et commercial à rayonnement mondial en une ville administrative et provinciale, laissant sur le carreau une grande partie des classes ouvrières qui en étaient la force de travail. Une grande partie de la complexité de la ville tient à la fracture qui sépare encore la ville légendaire et fantasmée de la ville habitée. Décrire Marseille c’est s’affranchir des clichés d’une presse qui en fait, abusivement, le bouc émissaire de dysfonctions nationales. Alors que le centre-ville a résisté jusqu’ici à la gentrification, la « renaissance » économique de la ville s’appuie aujourd’hui sur l’une des plus grandes opérations d’urbanisme menée en France en ce quart de siècle. Mais au bénéfice de qui ?


11 :30 – 12 :45
Vincent Fouchier  
Naissance d’une métropole

La Métropole Aix-Marseille Provence est née le 1er janvier 2016 suite à la loi MAPTAM. Issue de la fusion de six intercommunalités, c’est la deuxième métropole de France par le nombre d’habitants (1,8 million) et la première par sa superficie (plus de 3.000 km2, 70% du département des Bouches-du-Rhône). Quelle a été la genèse de cette nouvelle métropole dans un contexte politiquement tendu ? Quelles sont ses spécificités ? Comment se déroule le processus de construction du projet métropolitain, essentiel pour un territoire aux multiples potentiels mais dont la gouvernance éclatée a jusqu’ici entravé le développement ? Comment renforcer la cohésion sociale à l’échelle d’une métropole traversée par de très fortes inégalités ?


13 :00 – 14 :00
Déjeuner sur place


14 :00 – 15 :00
Nicolas Binet  
Les enjeux de la rénovation urbaine

Marseille mène à son terme le premier programme national de rénovation urbaine, avec 1,2 milliard d’investissement sur une dizaine d’années pour financer des interventions sur l’habitat, les espaces publics et la voierie. La tâche est importante sur ce territoire communal, grand comme la Seine-Saint-Denis, où près de 240 000 habitants correspondent aux critères des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Quel bilan tirer des opérations de rénovation urbaine menées depuis une dizaine d’années ? Au-delà de l’amélioration du cadre de vie, comment répondre aux préoccupations des habitants de ces quartiers, toujours caractérisés par une situation sociale préoccupante et par une forte prégnance de délinquances associées au trafic de stupéfiants ? Comment se met en place le NPNRU à l’échelle de la nouvelle Métropole Aix-Marseille-Provence ?


Visites de terrain : 15 :00 – 17 :30
Vincent Schurch  , Fabrice Laggiard  
Visite en car dans le nord de Marseille

Cet itinéraire donnera à voir les modalités de constitution et d’évolution du tissu urbain singulier de la ville, l’imbrication des fonctions et des formes urbaines, les processus de valorisation et de dépréciation. Il permettra aussi d’apprécier les principales interventions publiques mises en œuvre récemment, leurs ambitions, leurs limites, et leurs réussites.

Visite à pied dans les quartiers Joliette, Porte d’Aix, Belsunce
Cet itinéraire permettra de mesurer l’ampleur des quartiers anciens, centre et faubourgs, et d’envisager les leviers de l’action publique, en termes de récupération d’îlots dégradés et de revalorisation du patrimoine, ainsi que la diversité des réalisations en réhabilitation-démolition d’îlots insalubres et en équipements publics.


Rendez-vous à 17 : 45
Au théâtre le Parvis des Arts, 8 Rue du Pasteur Heuzé, Marseille

17 :45 – 18 :30
Débriefing de la journée au théâtre le Parvis des Arts, en présence de son directeur, Julien Therme


Vendredi 13 octobre
Euroméditerranée, L’astrolabe – 79 boulevard de Dunkerque – Marseille
Centre Info Euromed

08:15
Accueil café


08 :30 – 09 :30
Laurent Amar  
Les enjeux de développement économique : un territoire à hisser aux standards internationaux

La CCI Marseille Provence représente les intérêts des 94 000 entreprises du commerce, de l’industrie et des services du territoire de la métropole auprès des pouvoirs publics. Elle est particulièrement bien placée pour observer l’évolution récente du tissu économique, de l’activité et de l’emploi sur ce territoire, et pour apprécier les conditions nécessaires, aux yeux des entreprises, pour que Marseille tire pleinement parti de son potentiel. Renforcer son attractivité passe en particulier par un travail sur les « portes d’entrée » du territoire que sont le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM), l’aéroport et les gares TGV, mais aussi sur la mobilité quotidienne au sein de la métropole.


09 :30 – 10 :30

Alexandre Sorrentino  
Le projet Euroméditerranée dans le développement métropolitain marseillais

L’opération d’intérêt national Euroméditerranée a été lancée en 1995, dans le sillage du processus de Barcelone, qui définit un cadre de coopération entre les pays du pourtour méditerranéen. L’opération est ambitieuse : la réhabilitation d’un périmètre de 480 hectares au cœur de la métropole marseillaise, entre le port de commerce, le Vieux-Port et la gare TGV. Sont prévus 18 000 logements, 1 million de m2 de bureau, 200 000 m2 de commerces et autant d’équipements publics et 60 ha d’espace verts. Comment ce projet se situe-t-il dans le contexte métropolitain ? Comment ambitionne-t-il de transformer le positionnement international de Marseille ?


10 :45 – 13 :00
Visite
Un parcours extensif à travers les opérations emblématiques d’Euroméditerranée permettra de retracer les principes et les grandes étapes de l’opération.


13 :00 – 14 :00
Buffet sur place


14 :15 – 16 :30

Ateliers : Travail collectif

Les intervenants

Michel Peraldi   est anthropologue et sociologue, directeur de recherche au CNRS, rattaché à l’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux), un laboratoire de l’EHESS à Paris où il anime un séminaire sur les dynamiques migratoires et l’économie informelle. Il enseigne aussi à Rabat à l’Ecole de gouvernance et d’économie et collabore avec les universités de L’Orientale à Naples et Palerme et au département de sociologie de l’UCLA (Los Angeles). Il participe à plusieurs programmes comparatifs sur les circulations migratoires et les villes frontières. Ses travaux récents portent sur Marseille, Istanbul, Tanger, Tijuana, Marrakech. Sur Marseille, il a publié en collaboration avec Michel Samson Gouverner Marseille (2005) et Sociologie de Marseille (2015), tous deux aux Editions de la Découverte


Vincent Fouchier   est directeur général adjoint de la métropole Aix-Marseille-Provence, en charge du projet métropolitain, du conseil de développement et de la contractualisation, après avoir été pendant trois ans directeur du projet métropolitain, au sein de la mission interministérielle pour le projet métropolitain. Directeur général adjoint de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France de 2005 à 2012, il a été auparavant conseiller aux études et à la prospective à la DATAR. Son parcours antérieur est consacré à l’aménagement des villes nouvelles, à Evry, puis au secrétariat général aux villes nouvelles et au secrétariat général aux grandes opérations d’urbanisme.
Docteur en urbanisme, il préside le groupe Urbain de l’OCDE depuis 10 ans. Il a publié de nombreux ouvrages et articles, notamment sur Marseille :
Collectif (rédaction Vincent Fouchier  , appui de Martin Vanier  ), Aix-Marseille-Provence. Convergences métropolitaines, La Documentation Française, 2015.


Nicolas Binet   est directeur du groupement d’intérêt public Marseille rénovation urbaine (MRU), chargé de coordonner la mise en place et la réalisation, avec l’ANRU des 14 projets de rénovation urbaine. Titulaire d’un doctorat de géographie, d’une licence d’histoire et du DESS d’urbanisme de Sciences Po, il a travaillé pendant 9 ans en Lorraine puis en Bretagne dans des organismes d’étude en urbanisme et en socio-économie de l’habitat. Puis il est devenu directeur régional d’une société de promotion immobilière (Capri Atlantique 1987-1996). Il a ensuite dirigé une filiale de la CDC (CD Cités), en ingénierie pour la réhabilitation des grands ensembles (1996-2001). En 2001, il a rejoint la communauté urbaine de Nantes et a participé à la mise en place de la société d’aménagement créée pour assurer le pilotage et la réalisation du projet Ile de Nantes (SAMOA), dont il a été directeur adjoint jusqu’en 2009, date à laquelle il prend la direction de MRU.


Vincent Schurch   est depuis 2011 chef de projet et responsable du pôle "Nord Littoral" au sein du GIP Marseille Rénovation Urbaine. Diplômé d’un master en urbanisme et politique de la Ville (2004), il a toujours travaillé dans les quartiers prioritaires, d’abord à la Mairie des XVème et XVIème arrondissements de Marseille en tant que conseiller technique auprès du député maire, puis, successivement, au sein du GIP politique de la Ville, dans les services de la communauté urbaine de Marseille, enfin, depuis 2011, au GIP MRU. Il y a assuré le pilotage de plusieurs PRU (La Solidarité, La Savine, et aujourd’hui Bricarde Castellane).


Fabrice Laggiard   est chef de projet et référent copropriétés au sein du GIP Marseille rénovation urbaine. Titulaire d’une maîtrise en droit et d’un master en urbanisme, habitat et politique de la Ville, il a effectué son parcours professionnel dans le domaine de l’urbanisme opérationnel, en particulier la revitalisation des quartiers anciens. D’abord, de 2001 à 2007, en tant que chef de projet habitat au sein du bureau d’étude Urbanis (agence de Marseille), puis de 2007 à 2010 en tant que chef de projet renouvellement urbain sur le centre ancien d’Hyères au sein de Var Aménagement Développement. En 2010, il rejoint le GIP MRU où il a assuré le pilotage de plusieurs PRU (Parc Kallisté, Centre Nord)..


Laurent Amar   est vice-président de la CCI Marseille Provence, délégué à la transformation du territoire aux standards internationaux. Diplômé de l’Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP), il a effectué toute sa carrière au sein de l’entreprise de BTP NGE dont il est aujourd’hui directeur opérationnel. Outre son mandat de vice-président de la CCIMP, il est également président de la commission formation au sein de la fédération nationale des travaux publics (après avoir été président de la fédération régionale). Il a été vice-président régional du MEDEF.


Alexandre Sorrentino   est directeur des relations internationales et du projet de territoire de l’établissement public d’aménagement Euroméditerranée. Il a rejoint l’équipe de la direction générale d’Euroméditerranée en 2009, d’abord au poste de chargé de la prospective puis en charge des questions métropolitaines, des problématiques de formation et de rayonnement international. Titulaire d’un master 2 en lettres et arts et d’un diplôme universitaire de cinéma et d’audiovisuel, il a commencé sa carrière dans l’enseignement et le journalisme, puis il a servi pendant 12 ans à l’étranger comme attaché de coopération et d’action culturelle dans différentes ambassades (Afrique du Sud et Afrique australe, Israël, Egypte)



Revenu fiscal médian sur la métropole Aix-Marseille-Provence, 2011



La géographie prioritaire à Marseille



Le périmètre de l’OIN Euroméditerranée



INSERT_HEAD