Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Cycle annuel 2021

Vulnérabilités et résilience des territoires

Vulnérabilité et résilience se sont imposées ces dernières années comme des concepts clés pour revisiter les enjeux territoriaux. Ces notions ont évidemment pris une acuité supplémentaire avec la crise pandémique, qui sonne comme un coup de semonce : elle nous rappelle que nous vivons désormais dans un régime d’instabilité chronique auquel nos sociétés vont devoir s’adapter.

Les atteintes à l’environnement, en particulier le changement climatique et l’érosion de la biodiversité, augurent d’une multiplication et d’une aggravation des évènements extrêmes, mais aussi d’une récurrence accrue des accidents de toute sorte et de dégradations plus silencieuses et plus diffuses. C’est pourquoi ce cycle 2021 s’inscrit dans le prolongement du cycle 2020 (L’impératif de transition. Échelles et interdépendances).

Le thème retenu en 2021 nous invite à mettre l’accent sur les dimensions multifactorielle et multiscalaire des risques et des réponses pour y faire face. En effet, l’intensité des interdépendances et la complexité des systèmes socio-techniques accroissent les risques systémiques, qui sont à la fois environnementaux, sanitaires, économiques, sociaux, politiques… Ces risques multiples, complexes dans leurs interactions et donc d’autant plus difficiles à prévoir, variables dans leur temporalité comme dans leur empreinte spatiale, renouvellent nos perceptions des vulnérabilités territoriales. Les polarités les plus denses et interconnectées, apparemment les plus solides en termes démographiques et économiques, révèlent des fragilités qui sont l’envers de leurs forces.

Face à ces risques, la résilience fait appel à des capacités d’anticipation, d’adaptation, d’innovation et de rebond, qui impliquent des approches à la fois locales et transversales. Tout comme les vulnérabilités différent d’un territoire à l’autre, les capacités de résilience sont ancrées dans les spécificités humaines, sociales, culturelles de chaque territoire. Elles s’appuient non seulement sur des réponses techniques, mais aussi sur des comportements individuels et collectifs. Elles requièrent une gouvernance capable d’anticiper mais aussi de faire face à l’incertitude et à l’imprévisible. Capable aussi de collaborer entre différents échelons de gouvernance, de coopérer entre territoires et d’intégrer les initiatives d’acteurs multiples pour consolider les ressources collectives. Capable enfin d’embarquer les citoyens dans la définition de trajectoires partagées.

Programme 2021 - Vulnérabilités et résilience des territoires
PDF - 4.2 Mo
Télécharger
  • Séance inaugurale Mercredi 13 janvier 2021 Paris Cette journée inaugurale permet d’accueillir la nouvelle promotion dans la communauté Ihédate et est l’occasion pour les auditrices et auditeurs de commencer à faire connaissance. Accès restreint 🔒
  • Session 1Vers un régime d’instabilité chronique. Certitudes, incertitudes, controverses Du 14 au 15 janvier 2021 Paris Elisabeth Grosdhomme Paradigmes et caetera Avec le changement climatique, les épisodes d’intempéries et les fortes chaleurs, dont les conséquences sur la ville construite sont déjà palpables, seront plus nombreux et s’intensifieront. Comment pallier leurs effets sur le bâti, les infrastructures, les réseaux ? L’intégration des objectifs d’atténuation, et désormais aussi d’adaptation et de résilience, dans la fabrique urbaine est complexe et soulève bien des contradictions. Elle interroge les cultures techniques et les représentations de la ville. Comment renouveler la conception, l’aménagement, la gestion des villes et des territoires ? Quelles questions se posent à l’organisation des maîtrises d’ouvrage et des services, aux échelles et périmètres de leurs interventions ? Les innovations technologiques peuvent-elles permettre une réduction des pressions et des risques ? Quelles institutions mettre en place pour concilier impératifs écologiques, modèles économiques viables et luttes contre les précarités ? Accès restreint 🔒
  • Session 2Le territoire au prisme des vulnérabilités Du 4 au 5 février 2021 Philippe Estèbe Acadie Julien Damon Sciences Po L’approche par les vulnérabilités fait évoluer notre perception des territoires. Que change-t-elle à la « pensée aménagiste » ? Après la crise des gilets jaunes, qui a mis l’accent sur la précarité ressentie par les habitants des territoires non métropolitains, la crise sanitaire a au contraire joué le rôle de révélateur des risques qui pèsent sur les très grandes villes et a conduit à reconsidérer la valorisation de la densité et de la concentration. Cette session appréhendera les risques territoriaux dans leur diversité, avec un accent particulier sur les vulnérabilités sociales qui sont déterminantes dans la capacité de résilience des territoires. Les politiques publiques nationales jouent traditionnellement un rôle majeur dans la prise en charge des risques, de la protection sociale aux politiques de compensation ciblées sur certaines catégories de territoire. Les politiques locales s’y intéressent de plus en plus et elles sont les mieux à mêmes d’identifier les vulnérabilités de leur territoire. Que peut la prospective territoriale pour mieux préparer les collectivités à un avenir incertain ? Comment évaluer les stratégies de résilience élaborées par un nombre croissant de collectivités ? Accès restreint 🔒
  • Mission d’étude en France Du 17 au 19 mars 2021 Nord-Est de la France Ce premier voyage nous amènera dans des territoires du Nord Est de la France, marqués par une succession de crises. De la Grande guerre à la désindustrialisation, on peut dire qu’ils ont fait l’expérience d’une certaine forme d’effondrement. Comment vivre avec les stigmates d’un passé douloureux ? Comment faire face à la décroissance démographique ? Comment rebondir quand les activités d’hier disparaissent ? Sur quelles ressources prendre appui ? Accès restreint 🔒
  • Session 3Vers des économies sobres et résilientes Du 8 au 9 avril 2021 Magali Talandier Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de l’université Grenoble Alpes Pierre Veltz Président du conseil scientifique de l'Ihédate Qu’est-ce qui fait la résilience d’un système productif ? La variété des sources de revenus, tout d’abord, est un facteur de résistance aux crises. Comment équilibrer les moteurs du développement, entre revenus tirés des activités « productives » et « résidentielles » ? Ensuite, la robustesse des chaînes d’approvisionnement et la maîtrise des processus productifs interrogent les perspectives de relocalisation des activités, et plus largement les enjeux de souveraineté énergétique et technologique. A cet égard, le numérique mérite un examen particulier, tant il recèle d’opportunités mais aussi de dérives possibles. Enfin, une économie résiliente doit être sobre en ressources. Que peut-on attendre des modèles de l’écologie industrielle et de l’économie circulaire ? Comment faire en sorte que les gains d’efficacité et de sobriété des processus de production ne soient pas dépassés, voire rattrapés par la croissance de la demande ? Un « capitalisme vert » est-il possible sans une modification profonde des modes de vie et de consommation ? Accès restreint 🔒
  • Session 4Gouverner en situation d’incertitude Du 6 au 7 mai 2021 Paris Patrick Le Galès Sciences Po, Centre d’études européennes, CNRS L’État s’est imposé depuis trois siècles comme forme dominante de l’exercice du pouvoir politique. Cette suprématie s’appuie sur sa capacité à assurer la sécurité des citoyens, à travers le monopole de la violence légitime d’abord, puis par l’État-providence. Face à la menace sanitaire, les réflexes étatistes et nationaux se sont une nouvelle fois affirmés. Pourtant les États sont de plus en plus pris en étau entre des enjeux qui débordent leur champ d’action et des territoires infranationaux souvent plus engagés face aux enjeux environnementaux. Comment les compétences spécifiques de l’État s’articulent-elles aux niveaux infra et supra-nationaux ? Dans un monde de plus en plus instable, l’Union européenne deviendra-t-elle enfin une « Europe qui protège », autrement dit une puissance économique et géopolitique capable de prendre en charge la sécurité collective des Européens ? Et comment répondre au défi démocratique à l’heure où les niveaux de responsabilité s’entremêlent et où s’intensifient les tensions entre « fin du monde » et « fin du mois », intérêt individuel et besoins collectifs, court-terme et long-terme ? Accès restreint 🔒
  • Mission d’étude en Europe Du 7 au 11 juin 2021 Allemagne du Nord : Hambourg et Schleswig-Holstein La société civile allemande est depuis longtemps sensible à la préservation de l’environnement, tendance confirmée par la présence des Verts dans les coalitions de gouvernement de nombreuses villes et Länder. Tout n’est cependant pas « vert » ni vertueux chez nos voisins d’Outre-Rhin. Si l’Allemagne a connu un déploiement rapide des énergies renouvelables, les émissions de gaz à effet de serre par tête y sont parmi les plus élevées d’Europe, l’agriculture reste intensive et les lobbys industriels puissants. L’impératif de transition se heurte, comme ailleurs, aux objectifs de développement économique, mais aussi de solidarité et d’inclusion sociale.
    Les Länder de Hambourg et du Schleswig-Holstein se caractérisent tous les deux par un territoire tourné vers la mer, ce qui apporte à la fois un avantage économique mais aussi une vulnérabilité accrue face aux aléas climatiques. Malgré cette proximité géographique, les deux Länder ont connu une histoire différente. Hambourg s’est enrichie en tant que port(e) de l’Allemagne sur le monde, ce qui lui a permis de devenir administrativement autonome depuis le XIXe siècle. C’est aujourd’hui une métropole d’envergure européenne, tandis que le Schleswig-Holstein est resté l’un des Länder les plus ruraux d’Allemagne de l’Ouest. Ces différences de contexte, et l’autonomie concédée à l’échelon régional par le fédéralisme allemand, illustrent les contrastes régionaux en matière d’écologie.
    Accès restreint 🔒
  • Ateliers Du 16 au 17 septembre 2021 France Les ateliers sont l’occasion d’un travail collectif, en groupe restreint et en temps limité, partant d’une problématique incarnée dans un territoire donné, proposée par un partenaire de l’institut.
    Ce travail fait l’objet d’une restitution devant le partenaire à l’issue des deux jours sur le terrain, et d’une mise en commun avec l’ensemble de la promotion lors de la session de clôture du cycle.
    Accès restreint 🔒
  • Session 5Les politiques publiques face au vivant Du 14 au 15 octobre 2021 Ile-de-France Charlotte Halpern Sciences Po, Centre d’études européennes et de politique comparée Urbanisation galopante, artificialisation des terres, pollutions, déforestation, disparition des espèces … Le temps où nous pouvions puiser dans les « ressources naturelles » comme dans un vaste stock inépuisable est révolu. Les modes d’habiter, de se nourrir et d’interagir entre les végétaux, les animaux et les humains s’en trouvent profondément transformés. Face à ce changement de paradigme, les politiques publiques peinent à définir leurs objectifs, leurs priorités et leurs instruments. Comment repenser les relations entre nature et société ? Quels savoirs faut-il mobiliser ? De nouveaux droits, instruments et modalités d’action sont proposés, comment les intégrer dans les politiques publiques existantes ? Quelles conséquences pour les politiques d’aménagement, agricoles et foncières ? Et au-delà, comment articuler différentes échelles d’action publique, locales, nationales et européennes ? Accès restreint 🔒
  • Session 6L’environnement construit. Habitat et infrastructures : quelles expertises pour faire face au défi de l’adaptation ? Du 18 au 19 novembre 2021 Champs sur Marne Nathalie Roseau Ecole des Ponts ParisTech Avec le changement climatique, les épisodes d’intempéries et les fortes chaleurs seront plus nombreux et s’intensifieront. Comment limiter l’impact de ces aléas sur le bâti, les infrastructures, les réseaux ? L’intégration des objectifs d’atténuation, et désormais aussi d’adaptation et de résilience dans la fabrique urbaine est complexe et soulève bien des contradictions. Elle remet en cause les cultures techniques et les représentations de la ville. Au-delà des « briques de base » de la gestion urbaine (énergie, déchets, transports, bâtiments...), comment favoriser le décloisonnement entre services, l’hybridation entre secteurs et entre territoires ? Les innovations technologiques peuvent-elles permettre une réduction des consommations de ressources et des risques ? Quelles institutions mettre en place pour concilier impératifs écologiques, modèles économiques viables et lutte contre les précarités ? Accès restreint 🔒
  • Clôture du cycle Du 9 au 10 décembre 2021 Paris Les auditeurs présentent leurs travaux collectifs et tirent le bilan du cycle Accès restreint 🔒
  • Inscriptions & frais de participation au cycle L’Ihédate se réserve la possibilité d’adapter ce calendrier si les conditions sanitaires l’imposent. En cas de restriction des circulations transfrontalières, la mission d’étude du mois de juin se déroulera en France.
    La campagne de recrutement s’achèvera le 09 octobre 2020.
    Chaque candidat doit adresser une lettre de candidature et un CV à la direction de l’Ihédate par voie électronique :
    candidatures-cycleAnnuel@ihedate.org
    Les tarifs
    • 4 500 euros pour les partenaires
    • 5 500 euros pour les administrations, collectivités, associations et syndicats, presse, indépendants non partenaires
    • 8 000 euros pour les entreprises privées, publiques et EPIC non partenaires
    Ihedate_Conditions Générales de la Formation Cycles annuel 2021 et thématique 2020-2021
    PDF - 432.3 ko
    Télécharger
    Accès restreint 🔒