Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

École nationale supérieure en architecture de Toulouse

Luc Gwiazdzinski est géographe, urbaniste, professeur à l’École nationale supérieure en architecture (ENSA) de Toulouse. Il a dirigé de nombreux programmes de recherche, colloque et ouvrages sur la mobilité, les temps, la nuit et les rythmes, parmi lesquels : La ville 24h/24, Ed. de l’Aube, 2003, 224 p. ; La nuit dernière frontière de la ville, Ed. de l’Aube, 2005, 256 p. ; (La nuit en questions, Hermann ; Si la route m’était contée. Un autre regard sur les mobilités durables, Eyrolles, 2006, 291 p. ; Manola Antonioli, Guillaume Drevon, Luc Gwiazdzinski, Vincent Kaufmann, Luca Pattaroni, Saturations. Individus, organisations et territoires à l’épreuve, Elya ; Chronotopies, Elya, 2020, 256 p. ; L’hybridation des mondes, Elya, 2016, 340 p. ;Florence Cholat, Luc Gwiazdzinski, (Territoires apprenants, Elya, janvier 2021, 256 p. ; Manola Antonioli, Guillaume Drevon, Luc Gwiazdzinski, Vincent Kaufmann, Luca Pattaroni, Manifeste pour une politique des rythmes, EPFL Editions, déc 2020.

  • Conférence(s) 🔒

  • Cycle Mob 2020-2021 Session 2 29 janvier 2021 Les pistes de la ville malléable et d’un urbanisme des rythmes Face aux mutations en cours et aux incertitudes, le chercheur, l’urbaniste ou l’édile sont invités à changer de regard, pour penser, concevoir et gérer la ville en prenant en compte de manière simultanée la matérialité urbaine, les flux et les emplois du temps. La clé des temps permet d’imaginer les contours d’un « urbanisme des rythmes » à la fois temporel et temporaire, et des formes inédites de régulation d’une « ville malléable », flexible, souple et adaptable dans ses espaces et dans ses temps. A travers l’hybridation, la polyvalence et la modularité des espaces publics, des bâtiments et des quartiers ou le caractère éphémère des installations, on peut à la fois limiter la consommation d’espace, favoriser l’intensité urbaine et assurer le déploiement d’une « écologie temporelle » qui permette aux hommes et au territoires de (re)trouver le bon tempo. Accès restreint 🔒