Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Le cycle annuel

Le cycle annuel met en débat les enjeux fondamentaux de l’aménagement et du développement durable 
des territoires : dynamiques démographiques et sociales, gouvernance territoriale, politiques publiques, mutations économiques, transition écologique, révolution numérique, mobilités... Son objectif est de stimuler l’ouverture d’esprit et la capacité de management stratégique des auditeurs.

La formation s’adresse à une soixantaine d’auditeurs et dure une année, de janvier à décembre. Elle se compose d’une dizaine de sessions de deux jours chaque mois, animées par une centaine d’intervenants, d’une mission d’étude de cinq jours dans un pays européen, et d’un travail en ateliers pour approfondir par petits groupes un sujet en lien avec le « fil rouge » de l’année.

Les temps forts du cycle

La séance inaugurale

La séance inaugurale accueille la nouvelle promotion et l’ensemble de la communauté Ihédate autour d’un grand témoin sur le thème retenu pour l’année.

  • 2019 : La fin de la paix territoriale ?, avec Thierry Pech
  • 2018 : L’hôpital, acteur du territoire, avec Martin Hirsch
  • 2017 : Globalisations, inégalités, territoires, avec Pierre-Noël Giraud
  • 2016 : Une approche géopolitique des conflits d’aménagement, avec Philippe Subra
  • 2015 : Entreprises et territoires : vers de nouvelles alliances ? avec Antoine Frérot
     

Les missions d’étude

La mission d’étude, de cinq jours, est l’occasion d’observer concrètement les dynamiques et les politiques territoriales d’un autre pays européen, choisi en fonction du thème de l’année. Elle se déroule toujours dans une ambiance conviviale et favorise la création de liens qui perdureront au-delà du cycle de formation.

  • 2018 : Suède : Le modèle suédois en mutation
  • 2017 : Maroc, Espagne, Gibraltar. Les mondes du détroit de Gibraltar
  • 2016 : Les Pays-Bas : comment les contraintes territoriales fondent un consensus démocratique ?
  • 2015 : Entreprises et territoires : sur les traces de la troisième Italie
  • et aussi : Allemagne, Pologne…

Les sessions

Les sessions, deux jours par mois, développent une thématique et présentent les débats en cours à travers des exposés doctrinaux, des témoignages et des échanges d’expériences.

Les conférenciers, français et étrangers, viennent d’horizons divers : universités et grandes écoles, milieux politiques et administratifs, secteurs économiques et associatifs, conseil…

Une des sessions est consacrée à l’Union européenne et aux politiques communautaires en relation avec le territoire. Elle se déroule à Bruxelles.

Les ateliers

Les ateliers se tiennent en groupes plus restreints. Ils déclinent un volet particulier du thème de l’année, à partir d’une problématique située, proposée à la réflexion des auditeurs par un organisme partenaire. Il est demandé aux auditeurs de fournir dans ce cadre un travail collectif original qui fait l’objet d’une restitution lors de la séance finale.

  • De Paris à la Lozère (2010) : Quels modèles économiques et quelles formules de financement pour assurer le développement et la maintenance des infrastructures ?
  • Grenoble (2011) : Du vert pour sauver l’or blanc ? - les territoires touristiques peuvent-ils négocier le virage de la croissance verte ?
  • Limousin (2014) : Quelle organisation, quelles compétences pour maintenir et développer l’industrie en milieu peu dense ?
  • Sarrebruck-Forbach et Dunkerque-Flandres belges (2017) : Quelle place du citoyen frontalier dans la construction européenne ?

Les auditeurs

Une soixantaine d’auditeurs, professionnels confirmés,
 en responsabilité ou à un moment charnière de leur carrière et issus de milieux professionnels différents :

  • entreprises (industrie, travaux publics, services, cabinets d’expertise, grandes entreprises de réseaux) ;
  • directions centrales ou services déconcentrés de l’État ;
  • agences concernées par
 le développement territorial (chambres consulaires, sociétés d’économie mixte) ;
  • élus ou cadres dirigeants
 des collectivités territoriales ;
  • acteurs de la société civile (journalistes et syndicalistes).

Les intervenants

La formation fait intervenir chaque année une centaine d’intervenants d’excellence, chercheurs, experts et acteurs publics et privés.