Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Cycle annuel 2022

Territoires apprenants : Quelle formation, quelles compétences pour des sociétés en transition ?

Les apprentissages individuels et collectifs jouent un rôle central dans les dynamiques territoriales. Les enjeux sont multiples. Tout d’abord, l’accès de tous à une éducation et une formation de qualité est au cœur de la promesse républicaine. Or si le niveau moyen de formation des individus s’est très fortement élevé, une frange trop importante de jeunes (et d’adultes) reste en marge, décrochée. Les ségrégations socio-territoriales, le rôle de l’école dans la reproduction des inégalités, le difficile accès à la formation des publics les plus éloignés de l’emploi sont autant d’accrocs à l’égalité des chances. Le développement durable des territoires, ensuite, repose de plus en plus sur la création et le renouvellement des compétences. Pour les entreprises, cette dynamique est stratégique. L’économie émergente requiert à la fois plus de compétences génériques et plus de compétences très spécialisées. La formation professionnelle constitue en elle-même un vaste secteur économique en pleine recomposition. Enfin, les transitions, au sens large, engagent de nouveaux collectifs d’apprentissage et de nouveaux modes de partage des savoirs.

Les institutions éducatives se sont ouvertes depuis longtemps aux problématiques territoriales, de l’éducation prioritaire à la multiplication récente des « campus des métiers », en passant par les transformations de la géographie universitaire. Les régions sont compétentes pour la formation professionnelle, enjeu crucial dans une société en plein changement de paradigme. Les collectivités gèrent les équipements scolaires et les villes investissent les temps péri-scolaires. Les régions et les villes manifestent aussi un intérêt soutenu (quoique très inégal) pour leurs universités, qui apparaissent comme des leviers de compétitivité et d’attractivité. On peut toutefois penser que l’administration éducative reste insuffisamment articulée avec les dynamiques territoriales. Le maintien de référentiels nationaux forts ne devrait plus empêcher une diversité d’approches territorialement ciblées et le déploiement indispensable d’innovations et d’expérimentations sortant des moules nationaux.

Tout en donnant la place qui leur revient aux institutions éducatives, le cycle élargira le champ de vision aux processus d’apprentissage passant par d’autres canaux. Les vecteurs de l’acquisition des savoirs et des compétences (savoirs en action) se sont en effet diversifiés (médias, internet, éducation populaire, apprentissages mutualisés, « sur le tas »). Une attention particulière sera apportée à la construction des capacités des acteurs d’un territoire, de manière à donner corps à l’idée de « territoires apprenants » (learning region), notamment autour des nouvelles thématiques écologiques et numériques.

Ce programme s’adresse donc à tous les acteurs des territoires, bien au-delà des spécialistes de l’éducation et la formation. Il sera l’occasion de partager, durant une année, l’expérience d’un collectif d’apprentissage original, de par la diversité des profils d’auditrices et d’auditeurs qui le constituent.

Programme_Cycle annuel 2022 Territoires Apprenants - Ihédate
PDF - 1.1 Mo
Télécharger
  • Journée d’intégration et conférence inaugurale Mercredi 12 janvier 2022 Paris Cette première séance accueille la nouvelle promotion autour d’une conférence inaugurale. Elle est aussi l’occasion de commencer à faire connaissance.
  • Session 1Inégalités et demandes de justice dans la société française Du 13 au 14 janvier 2022 Paris François Dubet Université Bordeaux 2 La massification de l’enseignement a produit une montée globale du niveau d’éducation, mais elle s’accompagne aussi d’une transformation du régime des inégalités : comprises hier comme le résultat de processus collectifs, elles sont aujourd’hui perçues comme individuelles. Or les écarts scolaires, la reproduction sociale et le poids du diplôme sur les trajectoires professionnelles sont particulièrement forts en France. On comprend dès lors les stratégies éducatives des familles, qui accentuent les effets de ségrégation scolaire et spatiale. On comprend aussi que le monopole du mérite scolaire enferme les « perdants » dans le ressentiment et la culpabilité. Cette perception structure aujourd’hui les comportements électoraux, et éclaire aussi Ia représentation des fractures territoriales. Elle explique enfin en partie que, malgré l’emprise du parcours scolaire sur les destins individuels, la question des valeurs et des savoirs communs transmis par l’école soit de plus en plus âprement débattue.
  • Aménagement du territoire et éducation,
    entre unité nationale et diversité territoriale
    Vendredi 28 janvier 2022 Web conférence Jeudi 3 février 2022 Bretagne Vendredi 4 février 2022 Bretagne Ariane Azema La Ligue de l'enseignement Philippe Estèbe Acadie Coopérative conseil La relation éducation/ territoires reste marquée par l’histoire de l’école républicaine, qui nous a légué un système éducatif indifférent, voire hostile, aux diversités territoriales. On se souvient d’un ministre de l’instruction publique sous la 3e République expliquant qu’à telle heure précise, dans toutes les écoles de France, la leçon de choses (ou d’histoire-géo) se déroulait de manière homogène et synchronisée. Ce modèle n’a plus cours aujourd’hui : les institutions éducatives, à commencer par l’Éducation nationale, se sont ouvertes depuis longtemps aux problématiques territoriales, de l’éducation prioritaire aux transformations de la géographie universitaire. Les collectivités territoriales jouent un rôle éducatif croissant, au côté d’une myriade d’autres acteurs, notamment associatifs. Comment l’ADN centralisateur de notre système éducatif compose-t-il désormais avec la variété des jeux d’acteurs et des configurations locales ?
  • Session 3L’Etat et l’éducation « nationale »
    au défi de la mondialisation
    Du 17 au 18 mars 2022 Paris Patrick Le Galès Sciences Po, Centre d’études européennes, CNRS Un Etat sert à unifier un pays, en reliant les différents territoires entre eux, en créant un système d’éducation, en unifiant la langue, en homogénéisant la société. Toutefois, à l’heure où les individus sont de plus en plus mobiles, il n’est plus possible de définir la société par l’Etat, dont l’énergie unificatrice s’épuise. Les Etats sont désormais pris dans des contraintes transnationales, et leur action est structurée en partie de l’extérieur. Un processus de dénationalisation de l’autorité politique est à l’œuvre qui prive les Etats du monopole de l’évaluation, comme en atteste par exemple l’importance des classements internationaux en matière de performance du système éducatif. Parallèlement, la complexité organisationnelle des Etats s’est considérablement accrue. Comment, dans ce contexte, appréhender le rôle des pouvoirs publics dans la transmission des valeurs et savoirs capables de forger une identité commune, en France mais aussi en Europe ?
  • Session 4Quelles compétences pour des territoires productifs ? Du 7 au 8 avril 2022 Hauts-de-France Pierre Veltz Président du conseil scientifique de l'Ihédate L’amélioration de l’adéquation entre l’offre de formations et les besoins des entreprises et des territoires est un sujet récurrent du développement territorial. Pour les entreprises, grandes ou petites, la dynamique de création et de renouvellement des compétences est stratégique, souvent vitale. Les pénuries de personnel qualifié qui ont freiné la reprise industrielle avant le Covid, et qui pourraient entraver celle de certains secteurs en sortie de crise, ne sont pas anecdotiques. L’économie émergente requiert à la fois plus de compétences génériques (langages, numérique, etc.) et plus de compétences très spécialisées, bousculant les traditionnelles filières de métiers. Or la France souffre d’une faiblesse persistante de son système d’enseignement professionnel, et la formation continue pour laquelle les Régions sont compétentes, peine à se structurer. Elle constitue pourtant en elle-même un vaste secteur économique, qui vit une révolution avec l’individualisation des droits.
  • Mission d’étude en Europe Du 9 au 13 mai 2022 Suède L’économie ouverte et compétitive de la Suède est soutenue par un système éducatif performant, favorisant la formation tout au long de la vie et les réorientations professionnelles. Ce modèle évolue cependant rapidement, sous l’effet des réformes de l’Etat social suédois depuis une trentaine d’années. Quel bilan tirer du transfert aux communes de la responsabilité de l’éducation obligatoire ? Comment évaluer les effets de la privatisation partielle et de la concurrence entre établissements ? Comment le pays fait-il face au défi de l’intégration des populations immigrées ?
  • Journée d’échangesBilan à mi-parcours et débats Vendredi 10 juin 2022 Web conférence Une journée d’échanges entre auditeurs, pour prendre le temps de partager les retours sur le fond et la forme du cycle, débattre des sujets qui animent la promotion et lancer les travaux d’ateliers.
  • Session 5Territoires inclusifs et « capacitants » Du 23 au 24 juin 2022 Marseille, Provence-Alpes-Côte d’Azur Frédéric Gilli Sciences po Paris, agence Grand Public Magali Talandier Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de l’université Grenoble Alpes Investir dans les capacités d’un territoire à se mobiliser collectivement, c’est œuvrer pour une société plus liée, plus inclusive et finalement plus innovante et plus performante. Quels dispositifs, quels lieux, quelle gouvernance pour favoriser les innovations endogènes, l’« empowerment » et la coopération ? Créer les conditions de la confiance et de l’investissement collectif, au-delà des publics habituels, suppose des acteurs qui aient à la fois un intérêt et un savoir-faire pour jouer le rôle de passeurs entre les habitants et les institutions. Elle implique aussi de réfléchir aux espaces propices à l’épanouissement des énergies citoyennes et aux conditions permettant à ces dynamiques de s’inscrire dans le temps et de changer d’échelle. Elle renvoie enfin au rôle parfois ambigu des élus, entre désinvestissement public, récupération politique ou accompagnement dans la durée.
  • Ateliers Du 15 au 16 septembre 2022 France Les ateliers se tiennent en groupes restreints. Ils déclinent une problématique située, proposée à la réflexion des auditeurs par un organisme ou une collectivité partenaire. Il est demandé aux auditeurs de fournir dans ce cadre un travail collectif original qui fait l’objet d’une restitution lors de la séance finale.
  • Session 6Numérique et développement endogène des territoires Du 13 au 14 octobre 2022 Jacques-François Marchandise FING A l’heure où le numérique est devenu « obligatoire », on constate malheureusement que les territoires investissent prioritairement dans l’amélioration de la connexion et de l’équipement, délaissant les enjeux de l’apprentissage. Cette session s’interrogera sur les conditions nécessaires pour que le numérique renforce le développement endogène des territoires plutôt que la déterritorialisation, autour de deux enjeux : celui de la transformation des données en connaissances utiles au territoire et celui des compétences. Derrière la question lancinante de la « littératie numérique » s’en cachent plusieurs autres : à quelles conditions le numérique peut-il favoriser l’accès à l’éducation et à la formation quel que soit son lieu de résidence ? Comment peut-il contribuer à la capacitation des habitants, à la reconnaissance des savoir-faire et à la vitalité démocratique ? Comment les compétences numériques peuvent-elles être mise au service du développement local ?
  • Session 7Quelle éducation territoriale à l’heure de l’anthropocène ? Du 17 au 18 novembre 2022 Auvergne-Rhône-Alpes Stéphane Cordobes Agence nationale de la Cohésion des territoires Si l’anthropocène désigne, comme on l’entend de plus en plus souvent, une crise d’habitabilité de la planète et oblige à engager une bifurcation radicale – politique, économique, sociale, culturelle, anthropologique, en un mot écologique – dans nos façons de faire territoire, quelle place et forme donner à l’éducation pour faire face à ce défi ? Quelles capacités les habitants de demain vont-ils devoir acquérir, qu’ils soient élèves ou étudiants, élus ou techniciens, entrepreneurs ou militants associatifs, simples citoyens ? Quels dispositifs éducatifs et approches pédagogiques va-t-on devoir mobiliser pour accompagner démocratiquement ces transformations ? Quelles sont les expérimentations en cours, portées par des institutions ou alternatives, d’ores et déjà inspirées et inspirantes ?
  • Séance de clôture Du 8 au 9 décembre 2022 Présentation des travaux d’atelier et synthèse collective du cycle.
  • Inscription & frais de participation au cycle *NB : L’Ihédate se réserve la possibilité d’assurer des sessions à distance, de reporter la mission d’étude et les ateliers, voire de modifier la destination en fonction des mesures sanitaires. Si les sessions se déroulent à distance, elles se tiendront, la semaine prévue, les matinées du mercredi, du jeudi et le vendredi toute la journée.
    La campagne de recrutement est prolongée jusqu’au 15 novembre 2021.
    Chaque candidat doit adresser une lettre de candidature et un CV à la direction de l’Ihédate par voie électronique :
    candidatures-cycleAnnuel@ihedate.org
    Les tarifs
    • 4 500 euros pour les partenaires
    • 5 500 euros pour les administrations, collectivités, associations et syndicats, presse, indépendants non partenaires
    • 8 000 euros pour les entreprises privées, publiques et EPIC non partenaires
    Accès restreint 🔒