Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Le Conseil scientifique

Composition 2022

Pierre Veltz Président du conseil scientifique de l'Ihédate

Pierre Veltz est ingénieur de première formation. Il s’est ensuite tourné vers les sciences humaines. Il a dirigé l’École des Ponts et l’Ihédate, qu’il accompagne depuis sa création. De 2008 à 2015, il a mis en place et dirigé l’Établissement public de Paris-Saclay. Ses travaux de recherche et d’expertise portent principalement sur les mutations du système productif, et les dynamiques territoriales. Il a enseigné notamment à l’École des Ponts et à Sciences Po Paris.
Pierre Veltz est président du conseil scientifique de l’Ihédate. Il est membre de l’Académie des Technologies, Grand Prix de l’urbanisme 2017 et chevalier de la Légion d’honneur depuis décembre 2021.

Parmi ses ouvrages :

– L’économie désirable. Sortir du monde thermo-fossile, Seuil, 2021.
– La France des territoires, défis et promesses, Éditions de l’Aube, 2019.
– La société hyper-industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Seuil, 2017.
– Mondialisation, villes et territoires, une économie d’archipel, PUF, (1996, rééd. 2014).
– Repenser l’économie par le territoire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube, 2012.
– Des lieux et des liens, Éditions de l’Aube, 2012.
– La grande transition, Éditions du Seuil, 2008, 260 p. - Paris, France, Monde.

Aziza Akhmouch OCDE

Aziza Akhmouch est cheffe de la division villes, politiques urbaines et développement durable au sein du Centre pour l’Entrepreneuriat, les PME, les Régions et les Villes de l’OCDE.
Elle supervise une équipe de 30+ experts chargés de conseiller les gouvernements avec la production de nouvelles données, d’analyses et de recommandations dans de nombreux domaines de politiques urbaines afin de promouvoir des villes intelligentes, inclusives, compétitives et durables. Elle supervise notamment les examens des politiques urbaines et métropolitaines de l’OCDE, ainsi qu’un large éventail de travaux thématiques sur le logement, les transports, les villes et la croissance inclusive, les villes et l’environnement, la productivité et la gouvernance métropolitaines et l’approche territoriale des objectifs de développement durable. Aziza Akhmouch a impulsé le développement des Principes de l’OCDE sur les politiques urbaines et est à l’origine de la création de l’Initiative de l’OCDE sur la gouvernance de l’eau. Elle gère également l’Initiative des maires champions de l’OCDE pour la croissance inclusive, la table ronde des maires et des ministres de l’OCDE et la plate-forme nationale de politique urbaine OCDE-ONU Habitat-Cities Alliance. Elle est titulaire d’un doctorat et DEA en géographie, spécialisée en géopolitique de l’université Paris 8-Vincennes, et d’un DESS affaires internationales de l’université Paris-Dauphine.

Isabelle Baraud-Serfaty Ibicity, Sciences Po

Isabelle Baraud-Serfaty est consultante en économie urbaine, fondatrice de ibicity, agence de conseil en économie urbaine qui articule une posture opérationnelle -elle travaille notamment sur le montage de grands projets urbains - et une posture de recherche-action - elle s’intéresse particulièrement aux recompositions du jeu d’acteurs et nouveaux modèles économiques urbains. En parallèle, elle enseigne depuis 2004 à l’Ecole urbaine de Sciences Po où elle a monté et anime un cours sur les acteurs privés de la ville. Ses activités et publications sont disponibles sur le site : www.ibicity.fr.

Stéphane Cordobes Agence d’urbanisme et de développement de Clermont Métropole

Stéphane Cordobes est philosophe et géographe. Il est délégué général de l’agence d’urbanisme et de développement de Clermont Métropole depuis janvier 2022. Il a exercé précédemment les fonctions de conseiller-expert à l’Agence nationale de cohésion des territoires et de chercheur associé à l’école urbaine de Lyon. Il dirige dans ce cadre le studio prospective des territoires du monde anthropocène. Ses activités relèvent de l’enseignement et de la formation, de la recherche, de la recherche-action et de l’expérimentation, du conseil et de la participation au débat public. Toutes portent sur la question des territoires, de leur aménagement et de l’ingénierie prospective à déployer en contexte de transition écologique et d’entrée dans le monde urbain anthropocène. Il s’intéresse également à la place des pratiques artistiques comme la photographie dans cette perspective.

Stéphane Cordobes est par ailleurs éditorialiste et membre du conseil d’orientation de la revue Horizons publics. Ses activités et publications sont consultables sur son site internet : https://cordobes.fr

Julien Damon Eclairs

Julien Damon est rédacteur en chef de la revue Constructif, conseiller scientifique de l’École nationale supérieure de sécurité sociale (En3s), chroniqueur aux Échos et au Point, dirigeant de la société d’études et de conseils Éclairs (www.eclairs.fr). Il a été, en particulier, responsable de la Mission Solidarité de la SNCF, directeur des études à la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), chef du service Questions sociales au Centre d’analyse atratégique, professeur associé à Sciences Po. Il a publié plus de vingt-cinq ouvrages sur les questions sociales et urbaines, dont, récemment :
– La Question SDF (PUF, 2021) ;
– Qui dort dehors ? (L’Aube, 2020) ;
– Inconfinables ? Les sans-abri face au coronavirus (L’Aube, 2020) ;
– Quelle bonne idée ! (PUF, 2018) ;
– La Sécurité sociale (Que sais-je ?, 2018) ;
– (Un monde de bidonvilles (Seuil, 2017).

Olivier Denert Etablissement public foncier d'Ile-de-France

Géographe, diplômé de l’université Paris IV et du Cycle d’urbanisme de Sciences-Po, Olivier Denert est un spécialiste des questions d’inter-territorialité française et européenne sur lesquelles il travaille depuis 20 ans. Il est depuis peu directeur de la stratégie, des partenariats et expertises de l’EPFL Ile-de-France. Précédemment directeur de l’aménagement à la Région Ile-de-France, après avoir occupé le poste de secrétaire général de la Mission opérationnelle transfrontalière (MOT) durant de nombreuses années, son champ d’action a couvert à la fois les sujets relatifs à la planification spatiale, les questions interrégionales, celles de la gouvernance et de l’inter-territorialité interne à l’Ile-de-France, la tutelle de l’IAU, le champ de l’aménagement opérationnel, etc.
Il a écrit plusieurs articles sur les questions de la gouvernance transfrontalière, l’emploi transfrontalier et enfin sur le fait urbain transfrontalier dans des ouvrages collectifs et dans des revues professionnelles. Il a publié plusieurs ouvrages dont deux Atlas de la coopération transfrontalière 2007, éd DATAR) et un relatif à la coopération transfrontalière sanitaire (2000, éd ENSP).

Philippe Estèbe Acadie Coopérative conseil

Diplômé de Sciences Po Paris en 1982, Philippe Estèbe est également docteur en sciences politiques et en géographie depuis 1999. Spécialiste de l’aménagement du territoire, il exerce des activités de consultant, d’abord à la société de conseil (TEN), puis dans une filiale de la Caisse des dépôts et consignations consacrée au logement social (SCIC) ; il s’est aussi spécialisé dans l’aménagement urbain des quartiers populaires. Il passe deux ans (1992-93) à conduire l’évaluation nationale de la politique française de revitalisation des quartiers populaires (dite "politique de la ville »), à la suite de quoi il a occupé un poste de maître de conférences en géographie à Toulouse jusqu’en 2005. Il entre simultanément à Acadie, autre société de conseil et prend un poste d’enseignant à Sciences Po Paris à partir de 2000, puis est directeur de l’Institut des hautes études d’aménagement et de développement des territoires en Europe de 2008 à 2016. En 2012, il devient professeur associé au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

Il est par ailleurs directeur de publication de la revue Tous Urbains.

Ses principales publications sont :
– Villes moyennes en Europe : une approche comparative, 2019, PUCA (en collaboration avec Xavier Desjardins).
– L’égalité des territoires, une passion française, Paris, PUF, collection Ville en débat, 2015.
– Gouverner la ville mobile, Presses universitaires de France, 2008.
– L’usage des quartiers, éditions l’Harmattan, 2004.
– L’État animateur, (avec J. Donzelot), éditions Esprit, 1994.
– Les communes au rendez-vous de la culture (avec E. Rémond), éditions Syros, 1985.

https://www.acadie-cooperative.org/

Frédéric Gilli Sciences po Paris, agence Grand Public

Frédéric Gilli est docteur en économie, ancien élève de l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE), lauréat du prix du jeune urbaniste en 2010. Chercheur associé au Centre d’études européennes de Sciences Po où il enseigne, il est directeur associé de l’agence Grand Public, spécialisée dans l’accompagnement du changement.
Il est l’auteur d’articles et ouvrages sur l’organisation des systèmes productifs et la géographie de l’emploi. Il a notamment travaillé sur la géographie des filières industrielles et des chaînes de valeur dans le bassin parisien, sur l’organisation de la métropole parisienne et sur la gouvernance du grand Paris et réfléchit à la façon de dynamiser les projets économiques et urbains au moyen de processus participatifs plus performants.

Publications récentes :
– La promesse démocratique, Armand Colin, février 2022, 360 pages
– 50 cartes à voir avant d’aller voter, Aurélien Delpirou et Frédéric Gilli, Autrement, janvier 2022, 128 pages.
– Grand Paris : l’émergence d’une métropole, Paris, Presses de Sciences Po, collection Nouveaux Débats, 2014 ;
– Territoires et innovation, La Documentation française, 2012 ;
– Paris, métropole hors les murs : aménager et gouverner le Grand Paris, avec Jean-Marc Offner, Presses de Sciences Po, 2009.

 

Ludovic Halbert CNRS, Ecole des Ponts ParisTech - LATTS

Ludovic Halbert est docteur en géographie économique et urbaine (Paris-1 Panthéon-Sorbonne), ancien élève de l’École normale supérieure, chargé de recherche au CNRS. Ses travaux portent sur la transformation des systèmes productifs (globalisation, informationnalisation, financiarisation) et les nouvelles géographies urbaines, notamment dans les métropoles.
Ses travaux actuels portent sur les circuits de financement, systèmes d’acteurs et la gouvernance de la production de l’environnement urbain construit. Il travaille principalement sur les villes européennes (particulièrement la région parisienne) et les villes asiatiques (notamment Bangalore en Inde).

Publications :
– L. Halbert and K. Attuyer (2016) The financialization of urban production. Urban Studies, Special Issue. May 2016.
– L’avantage métropolitain, Paris, PUF, 2010.
– Villes, réseaux et mondialisation, Cahiers français, 328 (2005).
– Horizon 2020 : quatre scénarios pour l’économie de la métropole parisienne, La vie des idées Avec Frédéric Gilli, Vincent Gollain, Ludovic Halbert, Hélène Perrin Boulonne, 2009, (www.lavidesidees.fr).

Charlotte Halpern Sciences Po, Centre d’études européennes et de politique comparée

Charlotte Halpern, politiste de formation, est enseignante à Sciences Po, où elle dirige l’Executive master gouvernance territoriale et développement urbain, ainsi qu’à AgroParisTech. Elle est directrice de l’axe Politiques environnementales du laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques, et membre du bureau du Centre des politiques de la terre, entités placées sous la double tutelle de Sciences Po et de l’université de Paris. Elle s’intéresse aux transformations de l’action publique en Europe. Elle a développé une expérience forte de recherche et d’enseignement sur les politiques d’environnement et de la ville durable, la gouvernance territoriale, et la gestion des infrastructures et des services.
Parmi ses publications :
- Villes sobres, avec D. Lorrain et C. Chevauché (dir.), Presses de Sciences Po, 2018.
– Grenelle de l’environnement, avec D. Boy, M. Brugidou, P. Lascoumes (dir.), Armand Colin, 2012.

Jacques-François Marchandise FING

Jacques-François Marchandise est directeur de la recherche et de la prospective de la Fing, association cofondée en 2000 et dirigée de 2017 à 2021, et qui questionne les potentiels de la société numérique. Il explore notamment les enjeux et les formes de l’innovation dans un monde incertain : enjeux d’inclusion, d’appropriation et de maîtrise, enjeux de transition écologique, démocratie et rôles de la société civile, mutations du travail et de l’activité, transformations de l’action publique, développement territorial.

Chercheur associé au CREAD (Rennes) et à l’Institut Mines Telecom, il est professeur des universités associé à l’université Gustave Eiffel (UFR SHS-Sociologie du numérique). Il enseigne également à l’ENSCI (Controverses numériques) et à l’université Rennes 2 (Territoires et numérique). Il a coordonné le projet de recherche ANR Capacity (Fing+Telecom Bretagne+Rennes2, 2015-2018), portant sur les réalités du pouvoir d’agir à l’ère numérique ; il a été co-titulaire avec Milad Doueihi de la chaire de recherche du Collège des Bernardins « L’Humain au défi du numérique » (2015-2017). Il copilote depuis 2020 le programme collectif "RESET-Quel numérique voulons-nous ?" (2019-2022) impliquant un ensemble d’acteurs publics, privés et associatifs autour d’une réinvention du numérique fondée sur le développement humain et articulée avec la transition écologique.

Hélène Peskine Plan urbanisme construction architecture – Ministère de la transition écologique

Hélène Peskine, architecte et urbaniste générale de l’Etat, est Secrétaire permanente du Plan urbanisme construction architecture, service interministériel de recherche et d’expérimentation des ministères de la transition écologique, de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, et de la culture.
Elle occupait précédemment la fonction de directrice adjointe de Cabinet auprès de la ministre de
l’environnement, de l’énergie et de la mer, après avoir été sa conseillère en charge de la transition énergétique, du climat, de l’écomobilité et du bâtiment durable.
Elle a également exercé la mission de conseillère pour le développement durable, les transports, le logement, et l’énergie au Cabinet du président de l’Assemblée nationale.
Durant une vingtaine d’années, elle a occupé différentes fonctions de direction de projets et de services au sein du ministère de la transition écologique et contribué notamment aux réflexions et aux études sur le réseau de transport du Grand Paris et sur l’aménagement de la région parisienne.
En 2018, Hélène Peskine a créé la plate-forme PEPS pour le progrès environnemental et le progrès social, un groupe de réflexion réunissant des professionnels et experts du secteur public et du secteur privé, qui produit régulièrement des notes de propositions thématiques à destination des décideurs.

François Philizot Conseil d’orientation de l’observatoire des territoires

François Philizot est inspecteur général de l’Administration depuis septembre 2021 et également président du conseil d’orientation de l’observatoire des territoires. Délégué interministériel de 2013 à 2021 pour le développement de la vallée de la Seine, il a notamment eu la charge du contrat de plan interrégional 2015-2020 Normandie-Ile-de- France. En janvier 2019, le gouvernement a missionné François Philizot pour établir un état des lieux des lignes ferroviaires de desserte fine des territoires, puis, à l’automne 2019 pour un plan d’actions en faveur des « petites lignes » ferroviaires, issu d’échanges nourris et approfondis avec les Régions. Ses conclusions ont été diffusées en février 2021.
Haut-fonctionnaire français, diplômé en droit de l’université de Paris XII-Val-de-Marne, et Science-Po Paris et de l’ENA (promotion Henri-François d’Aguesseau), le parcours de François Philizot est inscrit dans la préfectorale (notamment préfet de l’Indre, Tarn, Morbihan et Saône-et-Loire et l’a également conduit à deux reprises à la délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar), de 1992 à 1995 puis, en qualité de directeur, adjoint au délégué, de 2000 à 2005.

Nicolas Portier Ecole urbaine de Sciences Po

Nicolas Portier enseigne au sein de l’Ecole urbaine de Sciences Po. Il a pris part de 2004 à fin 2021 à la préparation et à la mise en œuvre des différentes réformes de l’organisation territoriale française et des finances publiques locales en tant que délégué général de l’AdCF (devenue désormais Intercommunalités de France). Il a également participé aux évolutions des politiques publiques et aux chantiers législatifs intervenus dans les domaines de l’environnement (Grenelle de l’environnement, loi pour la croissance verte, loi AGEC, Climat et résilience), de l’urbanisme et du logement (loi ALUR), des mobilités (loi LOM), etc. Auparavant, de 1997 à 2002, il a travaillé sur les questions d’aménagement du territoire en tant que conseiller à la DATAR, responsable de l’équipe développement local. Il a été commissaire du gouvernement lors des débats parlementaires relatifs à la loi d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT) de 1999. En 2003, il a été responsable adjoint du service appui au développement des territoires de la Caisse des dépôts et consignations.
Il a publié en 2001, La politique des pays, La Documentation française, collection Territoires en mouvement.

Nathalie Roseau Ecole des Ponts ParisTech

Nathalie Roseau est professeure de l’École des Ponts et directrice de recherche au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés, unité mixte du CNRS. Elle est architecte et ingénieure, docteure et HDR en urbanisme. Avant de s’engager dans l’enseignement et la recherche, elle a exercé dix ans dans les domaines de la planification urbaine et régionale (DREIF et DATAR), puis comme architecte chef de projet au sein de la maîtrise d’œuvre architecturale d’Aéroports de Paris (Paul Andreu). Privilégiant une perspective historienne, ses recherches portent sur les dynamiques de transformation métropolitaine et la place qu’y occupent les infrastructures, leurs représentations et leurs temporalités. Sa thèse de doctorat a porté sur l’influence qu’a eue l’aéronautique sur le devenir des villes ; son habilitation a exploré de manière plus large le rôle des infrastructures dans les processus d’agrandissement des villes. Elle a codirigé plusieurs programmes de recherches sur l’histoire de la culture aérienne, la gouvernance des grandes métropoles et l’histoire croisée de l’aménagement du Grand Paris. De 2005 à 2016, elle a dirigé le Mastère Spécialisé Aménagement et Maîtrise d’Ouvrage Urbaine de l’ENPC. Depuis 2019, elle est directrice du LATTS.

Parmi ses publications :
– Temps et infrastructure, Essai sur l’urbanisme des métropoles, Metispresses, 2022.
– Inventer le Grand Paris, Collectif 2017, www.inventerlegrandparis.fr.
–  Paris C.D.G-1 avec Paul Andreu, Editions B2, 2014.
– L’emprise du vol, De l’invention à la massification et Histoire d’une culture moderne avec Marie Thébaud-Sorger, Eds, Metispresses, 2013.
– De la Ville à la Métropole, Les défis de la gouvernance avec Christian Lefèvre et Tommaso Vitale, Eds, Préface de Pierre Mansat, L’Oeil d’Or, 2013.
– Aerocity, quand l’avion fait la ville, Editions Parenthèses, 2012.

Michel Savy Université Paris-Est

Michel Savy est ingénieur de l’École centrale et docteur d’État en sciences économiques, professeur émérite à l’université Paris-Est (École d’urbanisme de Paris et École des ponts). Il a également enseigné à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (programme IML).
Il est aujourd’hui directeur de l’Observatoire des politiques et des stratégies de transport en Europe, président du conseil scientifique du think tank TDIE et expert pour la Banque mondiale sur les questions de logistique. Il a été avec Patrick Le Galès le premier codirecteur de l’Ihédate. Ses travaux portent sur l’économie et la politique des transports et sur l’aménagement du territoire.
Il est aujourd’hui directeur de l’Observatoire des politiques et des stratégies de transport en Europe, président du conseil scientifique du think tank TDIE et expert pour la Banque mondiale sur les questions de logistique. Il a été avec Patrick Le Galès le premier codirecteur de l’Ihédate. Ses travaux portent sur l’économie et la politique des transports et sur l’aménagement du territoire.

Depuis 1974, plus de 200 ouvrages, articles et communications, et ses
Publications récentes :

– Global South Countries : The Dark Side of City Logistics. Dualisation vs. bipolarisation, avec N. Mareï, Transport Policy, Vol.100, 2021.
– Économie du fret, management logistique, politique des transports, Lausanne, PPUR, 2017.
– Les marchandises dans la ville, avec Laetitia Dablanc et Pierre Veltz, Paris, Fondation Terra Nova, 2017,
– Le Transport de marchandises. Economie du fret, management logistique, politique des transports, Lausanne, PPUR, 2017,
– Nouveaux lieux, nouveaux flux. Les mobilités de l’avenir, Paris, Odile Jacob, 2015,
– Freight Transport and the Modern Economics, avec June Burnham, Londres, Routledge, 2013.

Magali Talandier Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de l’université Grenoble Alpes

Magali Talandier est professeure en urbanisme et aménagement du territoire à l’université Grenoble-Alpes, laboratoire PACTE. Professeure invitée du département d’études urbaines de l’université Simon Fraser à Vancouver en 2020, elle développe aujourd’hui ses travaux sur le développement et la résilience des territoires à l’international. Economiste de formation, elle a obtenu son doctorat à l’école d’urbanisme de Paris en 2007 et son habilitation à diriger des recherches en 2016. Ses thèmes de recherche portent sur le développement économique des territoires, l’analyse des flux de richesse et des inégalités spatiales dans un contexte de transition écologique. Elle préside actuellement le conseil scientifique de Grenoble “Capitale verte ».
Publications récentes :
– Résilience urbaine, 2020, Ed. PUG
– Résilience des métropoles : Le renouvellement des modèles, 2019, Ed. PUCA/POPSU .
– Are there urban contexts that are favourable to decentralised energy management ? Cities, 2018, 82, pp.45-57 ;
– Résiliente, collaborative et bricolée. Repenser la ville créative à "l’âge du faire", avec C. Ambrosino et V. Guillon,
– Géographie, Économie, Société, Lavoisier, 2018 ;
– Les sites patrimoniaux exceptionnels : une ressource pour les territoires, avec Navarre F. et al, Ed. PUCA, 2019.

Martin Vanier Acadie et Ecole d’urbanisme de Paris

Martin Vanier est géographe, consultant chez Acadie et professeur à l’Ecole d’urbanisme de Paris. Après une thèse consacrée à l’industrie de la bonneterie à Troyes, ses travaux ont porté sur la géographie urbaine, les métropoles et les espaces périurbains. Il a enseigné à l’Institut d’urbanisme de Lyon (1991-1997) et à l’Université du Québec à Montréal (1998) et a été professeur à l’université de Grenoble. Il a cofondé l’UMR PACTE à Grenoble et dirigé son laboratoire « Territoires » (2003-2007). Il a été le conseiller scientifique du dernier programme de prospective de la Datar (ANCT), « Territoire 2040 ». Il est particulièrement sensible aux questions de prospective et de gouvernance.

Derniers ouvrages parus :
– La prospective au temps du coronavirus, PUG, coll Le virus de la recherche, juin 2020.
– Demain les territoires. Capitalisme réticulaire et espace politique, Éditions Hermann, 2015.
– Villes, territoires, réversibilité, Éditions Hermann, 2012.