Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒
Document mis en ligne le 1er novembre 2016
La médiathèque de l'Ihédate propose une sélection de vidéos, interventions, textes, synthèses, choisie dans les archives de l’institut. Les documents de la médiathèque sont accessibles librement sur notre site Web, n'hésitez pas à référencer ces pages si leur contenu vous intéresse. Les archives de l'Institut contiennent bien plus de documents encore – notamment plus d'un millier de vidéos–, dont l'accès est réservé à nos auditeurs actuels et passés.

La France est-elle un pays démocratique ? Que l’on regarde l’entreprise, le sort fait aux faibles dans nombre d’institutions, ou encore l’école, que représente la démocratie ? Sommes-nous dans une société de défiance ? Loïc Blondiaux dresse un réquisitoire sévère, pointant une absence totale de culture du débat dans notre pays.
Sans participation citoyenne, les citoyens deviennent des consommateurs d’eux-mêmes, sous l’injonction : "Soyez entrepreneurs de vous-mêmes". Il s’agit alors, dans la logique de l’entreprise, de gagner quelque chose. "Gagnons plus" : voilà qui fonde la conscience collective, et éloigne encore plus de l’action collective.
A l’absence de culture du débat s’ajoute une culture de la fascination pour les positions d’autorité, l’incarnation, la personnalisation.
Les réticences à une participation réelle seraient-elles liées aux stratégies des acteurs ? Les élus ne mettent-ils pas en place des dispositifs dont ils souhaitent pouvoir garder le contrôle de A à Z ? La participation pourrait devenir une mise en danger, alors soit on la limite à des enjeux dérisoires, soit on la verrouille. La participation citoyenne en France se cantonne à l’évènementiel, de temps en temps. C’est tranquille et valorisant. On gère de petites choses, mais sur les enjeux structurants, pas de participation.
Les élections peuvent-elles, à elles seules, légitimer une démocratie ?


Loïc Blondiaux est professeur de science politique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne où il dirige le parcours « ingénierie de la concertation » du master de science politique. Il préside le conseil scientifique du GIS « Démocratie et participation » depuis sa création et dirige la revue universitaire Participations. Ses travaux portent sur la théorie de la participation et les innovations démocratiques. Il a publié notamment La fabrique de l’opinion, Paris, Seuil, 1998 et Le Nouvel esprit de la démocratie, Paris, Seuil, 2008.

Loïc Blondiaux est professeur de science politique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne où il dirige le parcours « ingénierie de la concertation » du master de science politique. Il préside le conseil scientifique du GIS « Démocratie et participation » depuis sa création et dirige la revue universitaire Participations. Ses travaux portent sur la théorie de la participation et les innovations démocratiques. Il a publié notamment La fabrique de l’opinion, Paris, Seuil, 1998 et Le Nouvel esprit de la démocratie, Paris, Seuil, 2008.