Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Cycle 2014

Après Colbert, les territoires ?

Le colbertisme demeure en France une référence. Ce mélange de volontarisme politique, de positivisme et de mobilisation des forces vives a construit une formidable machine à moderniser le pays, avec des succès considérables. Cette période fait l’objet d’une grande nostalgie, et pas seulement au sein des « grands corps de l’État ». Pourtant, il nous faut désormais penser l’aménagement et le développement des territoires dans un tout autre registre.

La France est particulièrement concernée car sa politique d’aménagement s’est construite sur trois piliers : celui des échelles territoriales emboîtées comme des poupées russes dont la somme constitue la nation ; celui des monopoles publics des réseaux (EDF, SNCF, Télécom, etc.) qui assuraient simultanément progrès technique, efficacité économique et solidarité territoriale ; celui des systèmes corporatistes qui cogèrent, avec l’État, des pans entiers de l’intérêt général (les agriculteurs, les médecins, les enseignants…). Ces trois piliers sont depuis longtemps ébranlés par la prolifération réticulaire : l’édifice pyramidal se désagrège du fait de l’entrée en mobilité des hommes et des biens qui brûlent les étapes et sautent les échelons ; les monopoles publics sont entrés en concurrence et n’assurent plus l’heureuse synthèse des années de croissance ; les corporations se figent et sont contournées par d’autres formes d’organisation et d’action.

Le numérique et les télécommunications fabriquent une géographie tout à fait différente de celle du réseau technique commuté ; l’explosion des mobilités individuelles interroge sur la capacité des transports collectifs à suivre le rythme ; partout surgissent des modes d’organisation plus ou moins formels qui prétendent s’inscrire dans le processus de décision et d’action collective ; les territoires s’organisent en réseau. Et par dessus tout, l’État lui même s’est profondément transformé. Il n’est plus le grand ordonnateur tout puissant, maître des horloges et des échelles. Transformé par le « haut » —l’intégration européenne— et par le bas —la montée des pouvoirs locaux— il doit s’adapter à une société civile bien plus autonome, plus souple et plus inventive, moins organisée selon les modes corporatistes traditionnels.

En 2014, le cycle de l’Ihédate se penchera sur cette question plus complexe qu’il n’y paraît : quelles sont les formes et les figures contemporaines du développement des territoires dans un contexte résolument post-colbertiste ? Cette question n’est pas seulement celle de la décentralisation et du développement « local » ; elle n’est pas non plus celle de la « disparition de l’État ». Il s’agit surtout de décrire et comprendre comment aujourd’hui les territoires, les réseaux, les groupes sociaux, les institutions s’organisent pour agir dès lors.

Programme
PDF - 456.9 ko
Télécharger
  • OuvertureNouvelles formes d’organisations et innovations sociales 18 décembreParis Accès restreint 🔒
  • Session 1Société mobile, temps long, travail court 16-17 janvier 2014Paris Jean Viard Cevipof, CNRS La société française semble être en guerre contre l’État. Aux attentes démesurées d’une capacité quasi démiurgique d’un État capable de la transformer, la société tout en la protégeant répond la déception face à un État qui paraît incapable de résoudre ce dilemme. Cette tension parcourt tous les domaines de l’action publique et de la vie sociale : solidarité, éducation, organisation territoriale, relations entre les générations, laïcité, immigration. Revisiter les transformations sociales, explorer les représentations et les pratiques concrètes peut nous aider à mieux comprendre ce dilemme très franco-français d’une société inquiète de son État, et peut-être de progresser vers une nouvelle laïcité… Accès restreint 🔒
  • Session 2L’économie mondiale réticulaire 6-7 févrierSaclay/Paris Pierre Veltz Président du conseil scientifique de l'Ihédate L’État colbertiste a favorisé la constitution des grands monopoles nationaux, dont certains sont aujourd’hui devenus des champions mondiaux et s’affranchissent largement du territoire national. Dans le même temps, la mondialisation de l’économie inscrit les territoires dans des chaînes de valeur qui s’étirent aux quatre coins de la planète : le « made in France » cède la place au « made in monde ». Quelle est la place des territoires dans ces réseaux mondiaux ? Quelles sont les nouvelles formes d’organisation qui correspondent à cette extension du domaine de la production ? Accès restreint 🔒
  • Session 3Le monde des réseaux, convergence ou prolifération ? 6-7 marsParis Nadine Cattan Paris Géo Michel Savy Université Paris-Est Les grands gestionnaires de réseau qui ont fait l’équipement du territoire sont devenus des opérateurs mondiaux, de plus en plus soumis à la concurrence. Dans le même temps, de nouveaux réseaux —notamment numériques— et de nouveaux usages sont apparus. Face à cette prolifération concurrentielle et moins contrôlée que naguère, les inquiétudes montent : fractures territoriales, accroissement des inégalités. Comment se repérer dans le monde des réseaux et retrouver des régulations apparemment menacées ? Accès restreint 🔒
  • Mission d’étudeLes stratégies des villes anglaises 31 mars - 4 avrilAngleterre Le Royaume-Uni est un modèle post-colbertiste, dans la mesure où l’État britannique n’a jamais été colbertiste. Pour autant, un État non colbertiste n’est pas un État absent de son territoire, comme on le découvrira. On découvrira aussi la longue histoire d’autonomie stratégique des villes anglaises, avec leurs réussites et leurs échecs et la capacité de la société à s’organiser, des clubs de gentlemen aux communautés de voisinage, des traders de la city aux réseaux longs des migrations internationales. Accès restreint 🔒
  • Session 4La politique de la ville ici et ailleurs : genèse et transformations 23-24-25 avrilParis Philippe Estèbe Acadie, directeur de l'Ihédate 2008 - 2016 Thomas Kirszbaum Institut des Sciences sociales du Politique/Enseignant au département de science politique de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense Les trajectoires de la politique de la ville et celle de l’aménagement du territoire ont divergé, comme si l’aménagement du territoire traitait des fonctions supérieures et la politique de la ville des groupes sociaux et ethniques occupant les fonctions d’exécution. Pourtant, l’accueil des immigrés, des ouvriers et des employés est une fonction métropolitaine nécessaire, pas seulement à la satisfaction de la morale sociale, mais aussi au bon fonctionnement métropolitain. Le séminaire examine la genèse de cette question et la manière dont elle est traitée en France et en Europe. Accès restreint 🔒
  • Session 6L’Union Européenne, un univers post-étatique ? 12-13 juinBruxelles Renaud Dehousse European University Institute Le paradoxe de l’Union Européenne est qu’il s’agit d’un système très contrôlé par les États mais qui produit des formes de gouvernement et d’action de type non étatique. Ces formes d’organisation émergent de façon formelle ou informelle au fil des politiques européennes, de la construction d’un espace public européen, de la circulation des modèles et des « bonnes pratiques ». Revue de détail de la créativité européenne en matière d’organisation. En collaboration avec la Représentation permanente. Accès restreint 🔒
  • Ateliers 3-4 juillet Les ateliers sont l’occasion d’un travail approfondi en petit groupe. Á partir d’une situation territoriale particulière, une séance de travail est proposée au début du mois de juillet, à la suite de quoi les auditeurs s’organisent pour produire un rapport d’expertise en s’appuyant sur leurs compétences et leurs expériences. Ce rapport d’expertise est présenté à l’ensemble de la promotion lors de la dernière séance du cycle. Accès restreint 🔒
  • Session 7Villes durables : quel projet social ? 18-19 septembreNantes Nathalie Blanc CNRS Cyria Emelianoff Université du Maine, Eso Le Mans CNR La conception et la mise en œuvre de la ville durable repose sur des pactes implicites ou explicites entre les habitants, les entreprises et les pouvoirs territoriaux. Derrière les stratégies de ville durable, ce sont sans doute les « contrats sociaux territoriaux » qui se transforment. Triplement si l’on peut dire : d’une part parce qu’on inscrit dans ces pactes des parties prenantes nouvelles —la nature, les générations futures ; d’autre part parce que la portée de ces pactes dépasse les frontières locales dès lors qu’il s’agit de travailler l’empreinte écologique des territoires ; enfin parce que la question sociale est au cœur des enjeux du développement durable. Accès restreint 🔒
  • Session 8Les acteurs de la ville intelligente 16-17 octobreLyon Isabelle Baraud-Serfaty Ibicity, Sciences Po Les grands opérateurs numériques déploient des offres de plus en plus intégrées pour gérer les territoires : énergie, voirie, réseaux numériques, eau et assainissement, informations en temps réel, etc. Quelles sont les logiques à l’œuvre dans cette nouvelle conception de la ville ? Comment répondent les acteurs publics ? Comment les usagers s’emparent-ils (ou non) de ces techniques ? Accès restreint 🔒
  • Session 9Les nouveaux mondes agricoles 6-7 novembreParis Bertrand Hervieu L’agriculture en France est l’une des plus belles réussites du colbertisme, exportée à l’échelle européenne. C’est aussi l’une des politiques qui a eu le plus d’impact sur l’organisation des territoires et des sociétés locales. Mais ce secteur est victime de son succès : difficultés de régulation, inégalités croissantes, coûts environnementaux et sociaux. Quelles sont les nouvelles régulations et les nouveaux modèles sociaux et productifs qui participent de la transformation du modèle agricole français et européen ? Accès restreint 🔒
  • ClôtureBilan du cycle 4-5 décembreParis Synthèse des ateliers et évaluation du cycle
  • Session 5L’État post-colbertiste 15-16 maiParis Patrick Le Galès Sciences Po, Centre d’études européennes, CNRS Les États se sont profondément transformés depuis trente ans. Même en France, l’État a reconfiguré ses missions et fait évoluer considérablement son mode d’action. Il n’est pas moins présent (comme en témoigne par exemple le poids constant des dépenses publiques dans le PIB), mais il est présent différemment. Il doit composer avec l’Union Européenne, les collectivités territoriales et une société bien plus complexe et moins encadrée que naguère. Comment gouverner une société plurielle, labile et mobile ? Accès restreint 🔒

Les auditrices et les auditeurs

  • Françoise Alriq
    Fédération nationale des communes forestières
  • Nadège Baptista
    Ville et agglomération de Châteauroux
  • Renaud Barres
    CAUE de l'Aude
  • Thierry Bazin
    Caisse des dépôts - DR PACA
  • Marie-Laurence Bertrand
    CGT
  • Geneviève Besse
    Conseil départemental du développement durable
  • Sylvine Bois-choussy
    La 27ème Région
  • Jérôme Bougelot
    CALIA Conseil
  • Philippe Bouvart
    Ceetrus
  • Benoît Brocart
    Ministère de l'Intérieur
  • Laurence Cahuzac
    CAUE du Tarn et Garonne
  • Yvan Castera
    Agence d'urbanisme et d'aménagement Toulouse aire urbaine
  • Sébastien Chambe
    IAURIF
  • Séverine Chapus
    BNP Paribas Real Estate
  • Jean-Michel Cherrier
    SNCF Ex
  • Emmanuelle Combes
    Espaces Ferrovaires
  • Stéphane Cordobes
    Commissariat général à l'Egalité des territoires
  • Maxime Costilhes
    SNCF
  • Laurence Daude
    Ville de Paris Direction de la voirie et des déplacements
  • Olivier Denert
    Conseil régional Ile-de-France
  • Etienne Dereu
    Port autonome de Paris
  • Eric Dubertrand
    Caisse des dépôts
  • Pascal Duhoo
    COLAS WATTWAY (AXIMUM)
  • Katell Ebel
    Agence d'urbanisme de Rennes
  • Vincent Fanguet
    Vinci Autoroutes
  • Mathias Franko
    Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
  • Jocelyne Fronzoni
    Groupe La Poste Ex
  • Stéphanie Fuchy
    SNCF Immobilier
  • Alban Grilikhes
    EDF
  • Emmanuel Guerineau
    Conseil régional d'Aquitaine
  • Frank Hovorka
    Caisse des dépôts
  • Simon Jodogne
    Lille Métropole
  • Eve Jouannais
    Indépendant
  • Claire Juillard
    Fondation Paris-Dauphine
  • Lila Lakehal
    Association SOS Ex
  • Nicolas Lecuyer
    EIFFAGE
  • Eric Lenoir
    Commissariat général à l'Egalité des territoires
  • Charlotte Leroy
    Ministère de la transition écologique
  • Stéphane Letexier
    Ex Ville de Grenoble
  • Henry Louis
    Caisse des dépôts DIDL
  • Florian Mage
    ex Conseil départemental de la Gironde
  • Elsa Martayan
    Ville de Paris
  • Damien Michel
    EUCAP Sahel Mali
  • Marie-Odile Michel-amiot
    Ministère des Affaires Etrangères
  • Nadine Mordant
    Commissariat à l'aménagement du Massif des Alpes
  • Anne Nicolas
    Groupe La Poste
  • Samira Ouzzine
    Commissariat général à l'égalité des territoires
  • Benoît Parent
    Agence d'urbanisme de la région grenobloise
  • Régis Piollat
    Auchan France
  • Anne-Françoise Robert
    CCI Marseille Provence
  • Olivier Robinet
    Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer
  • Silvina Rodrigues-garcia
    Reims Métropole
  • Jean-Marc Routier
    Groupe La Poste
  • Thomas Salvant
    EGIS Bâtiment
  • Magali Simounet
    Réseau de Transport d'Electricité
  • Pierre-Yves Thoreau
    UESL Action Logement
  • Fabienne Tiercelin
    SMABTP
  • Jérôme Trinquier
    MNT