Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Cerema

Stéphane Chanut travaille dans le domaine de la mobilité depuis 20 ans. Ingénieur des ponts, eaux et forêts, il a développé tout au long de son parcours professionnel une large expérience scientifique et professionnelle sur les champs de la mobilité, à l’IFSTTAR, en administration centrale et au Cerema. Docteur en modélisation du trafic, il a piloté plusieurs programmes de recherche et d’études en gestion du trafic, stratégies de mobilité, sécurité des déplacements. Il est actuellement responsable de l’activité Mobilité du Cerema au sein de la direction technique Territoires et ville. Les travaux de son département portent notamment sur les outils de diagnostic et d’aide à la décision pour la mobilité (enquêtes déplacements, modélisation, évaluation), de l’organisation des mobilités (coopération des acteurs, planification, financement) et des services et systèmes de transport. Ils se développent tout particulièrement aujourd’hui sur les territoires périurbains, peu denses et au sein des villes moyennes.

  • Conférence(s) 🔒

  • 9 avril 2020 Session 4 / Les mobilités du quotidien hors des zones denses et l’avenir de la voiture 09-10 avril 2020 Cette session mettra le projecteur sur les zones peu denses, dans leur grande diversité et dans les différentes échelles qu’elles engagent (comprenant l’accès aux cœurs des agglomérations). La crise sociale des derniers mois a alerté sur la situation des territoires où une urbanisation trop lâche et dispersée a créé une dépendance (multi)automobile de plus en plus coûteuse pour les ménages. Le potentiel des solutions alternatives à la voiture individuelle dans ces zones, qu’il s’agisse de transports collectifs, de modes actifs de déplacement ou de transports partagés sera examiné. On soulignera l’absence de solutions-miracles et la nécessité de réfléchir spécifiquement aux diverses configurations locales, ainsi qu’à l’articulation des politiques de mobilité avec l’ensemble des politiques d’aménagement.
    La session sera l’occasion de sortir de la guerre idéologique entre l’automobile, chargée de tous les maux, et les solutions collectives, parées de toutes les vertus. Une séquence sera consacrée à l’avenir de l’auto, du point de vue technologique (autonomie, connectivité, électrification) mais aussi et surtout du point de vue des nouveaux modèles économiques privilégiant l’usage sur la possession, envisagés et expérimentés par les acteurs de la filière automobile, dans leur confrontation avec les GAFAM.